Vivendi veut du sang neuf pour Telecom Italia

Vivendi veut du sang neuf pour Telecom Italia

L’opérateur historique italien, contrôlé par le groupe de Vincent Bolloré, Vivendi, prépare un plan de départs volontaires. Le nombre de départs prévus serait compris entre 5 et 10 000 contre de nouveaux recrutements “d’enfants du numérique” désormais devenus grands pour redonner un coup de jeune à l’entreprise et prendre le virage numérique.

Dans sa volonté de maîtrise des coûts et de rajeunir l’entreprise dont la moyenne d’âge est de 49 ans, un nouveau plan de départs volontaires sur 3 ans qui devrait permettre l’économie de 30 millions d’euros par an et l’embauche de quelques milliers de "digital native" va être discuter avec les syndicats le 18 janvier prochain. 

Il prévoit, selon Il Messaggero, de ne conserver que 450 des 550 cadres dirigeants (l’ancien directeur des ressources humaines a géré le départ de 200 d’entre eux l’année dernière). 

En ce qui concerne les employés (122 000 en décembre 2016 et actuellement 51 000) La Repubblica affirme que le “rêve interdit de Vivendi” serait de se séparer de 10 000 d’employés sur trois ans mais que dans la réalité les chiffres seront plus proches de 5 000. Le quotidien italien rappelle que Telecom Italia a remplacé entre Noel 2015 et Noel 2016 un départ sur quatre et qu’entre 2014 et 2016 le nombre de nouveaux recrutements a baissé de 41%.