IDATE 2007 : Internet et les réseaux sociaux

IDATE 2007 : Internet et les réseaux sociaux

<>

-  Ce que représente Skyblog aujourd’hui.

-  Ce que l’on appris sur l’internet et ses usages

-  Vers quoi nous dirigeons nous ?

Skyblog aujourd’hui :

12 millions de blogs actifs, 15 millions et demi de profils, 1 million et demi d’articles qui sont publiés chaque jours, 20/25 000 blogs nouveaux crées chaque jours. 17,7 millions de visiteurs uniques, 10,6 milliards de pages vues : Skyrock 16 sites mondial en page vues.

98% de l’audience est francophone. Ces derniers représentent 3% des usagers de l’internet. Cela démontre le potentiel des réseaux sociaux francophones.

Les premiers blogeurs ont 8 ans.

Ce que l’on a appris :

-  L’intelligence collective des utilisateurs : L’emploi de cette intelligence collective est la clé du succès de masse sur l’internet.

Il n’y a pas de google sans l’exploitation des liens crées par l’utilisateur qu’il pointe vers les sites afin d’exprimer une popularité synonymes de pertinences et donc de hiérarchisation des liens. Il n’y a pas d’ebay sans système de régularisation, pas d’amazone rentable sans recommandation d’articles complémentaires fondés sur les achats des autres utilisateurs, pas de wikipedia, de dig, de skyrock, youtube, de facebook, myspace, Il termine sa démonstration par : Il n’y a pas grand chose… au final !

On se rend compte que les réseaux sociaux montent en force et succèdent au portail traditionnel.

L’internet crée un nouveau réseau de distribution : le réseau de pair, une nouveau média : la conversation.

Le nouveau média c’est les gens, on est dans une structure participative : on est dans un monde sans contenu. En effet, pour Pierre Bellanger, pour qu’il y ait un contenu, il faut qu’ll y ait un contenant. Il ne pense pas qu’internet soit un contenant, il n’y a que des sources et celles-ci sont relayées par les réseaux sociaux et les conversations électroniques.

Le code devient un média. Le code informatique est devenu un service en ligne financé par la publicité.

Un code devient un service, ce service devient un média. On abouti à cette nouvelle forme où la première entreprise de média au monde – google – ne produit aucun contenu, elle produit que du code.

Les contenus sont devenus des sources, les médias sont en compétition avec le code, le code est devenu un média.

Vers quoi nous dirigeons nous ?

Il faut repartir aux deux applications fondamentales de l’internet : le courrier électronique et l’accès aux informations par le web.

Les réseaux sociaux : Se sont les services en ligne de productivité relationnelle par la mise en réseau d’identité d’expression individuel… Plus simplement pour une adolescent : "Je veux me faire de nouveaux amis"

Le réseau social propose une identité numérique enrichie, il y a donc un saut entre les adresses électronique qui ne fournissent aucune méta données contrairement au plateforme type myspace, bebo,…

La notion de perte de contact est très mal compris. Savoir ce que fait l’autre en temps réel. Cette information est donnée par la machine : ce que je suis entrain de faire, mon degré de mobilité, quel logiciel j’utilise, etc

La prochaine bataille va se jouer au niveau des terminaux mobiles. Le futur pourrait être au terminaux mobiles serveurs. Qui va gérer ses terminaux ? Une fois encore c’est le code.

Conclusion :

On arrive vers une informatique métamorphosée. On a va être dans une logique fusionnelle qui va être une logique à la fois de services, de concentrés de serveur et d’utilisateurs qui feront partie du réseau et qui pourront être très créatifs.

La clé est le code. C’est elle qui géra les terminaux mobiles, les serveurs, l’interface des réseaux sociaux, etc