Fixe et mobile : quels seront les chantiers prioritaires de la police des télécoms en 2018 ?

Fixe et mobile : quels seront les chantiers prioritaires de la police des télécoms en 2018 ?

La fin de l’année approchant à grands pas, c’est l’occasion pour l’Arcep de dresser une liste des actions qu’elle compte mener à bien en 2018.

Le maître mot est connu et sera comme prévu « d’accélérer » afin d’améliorer la connectivité, fixe comme mobile, voulue par le gouvernement et surtout par les Français. « Après avoir ajusté sa régulation des réseaux fixes en 2017 pour faciliter et accélérer le déploiement de la fibre, l’Autorité va poursuivre sa mise en œuvre en 2018, en renforçant par ailleurs le suivi et la transparence sur les déploiements, dans le même temps, pour également apporter des améliorations rapides, en réponse aux besoins les plus immédiats des Français, elle s’attachera à permettre une mobilisation de l’ensemble des technologies, et encouragera les synergies entre les réseaux fixes et mobiles. », dixit le régulateur.

De nouvelles obligations, priorité à l’aménagement du territoire

Parmi les principaux chantiers à venir en 2018, figurent en première ligne de nouvelles obligations de couverture Voix, SMS et Internet Mobile aux opérateurs dont les travaux ont été lancés depuis cet été, associant les opérateurs, associations d’élus et le régulateur. A la suite de ces discussions, "l’Arcep arrêtera les conditions de réattribution des fréquences mobiles, afin de saisir cette opportunité historique pour donner priorité à l’aménagement numérique du territoire. Dans ce cadre, l’Autorité définira, en lien avec le Gouvernement, de nouvelles obligations de couverture ambitieuses, en partant des besoins exprimés par les territoires", pour une meilleure couverture et surtout un meilleur ressenti sur le terrain.

Le réseau cuivre passé au peigne fin

Alors que les alertes d’élus et de consommateurs se multiplient, l’Arcep mènera un examen approfondi de la qualité du réseau cuivre d’Orange. Ce réseau reste encore le principal, et parfois le seul support de connectivité pour de nombreux utilisateurs, notamment en zone rurale. L’objectif : assurer le maintien de la qualité de ce réseau et améliorer les capacités de résolution des problèmes.

Maximiser les investissements, renforcer le modèle de mutualisation et prévenir les doublons

Dans l’optique de renforcer le modèle de mutualisation de la fibre dans les territoires, l’Arcep publiera "une recommandation sur les conditions du déploiement de réseau en fibre pour préciser sa régulation, afin d’assurer un déploiement cohérent et complet de ces réseaux", tout en prévenant les doublons inutiles afin de maximiser l’investissement et ce de manière efficace.

La publication "d’une carte de l’accès à l’internet par les réseaux fixes" 

Dans le cadre de sa démarche de « régulation par la data », l’Arcep rappelle qu’elle mettra en place une carte de l’accès à internet par les réseaux fixes. Celle-ci intègrera les "technologies disponibles, classes de débit, les avancées des déploiements qui seront disponibles jusqu’à une échelle locale et sous forme interactive, et rendues accessibles à tous." Les données seront également disponibles en open data. Pour veiller à une extension rapide de la couverture fibre, l’Arcep contrôlera par ailleurs l’avancement des déploiements au regard des objectifs.
 
En 2018, le régulateur publiera aussi des cartes « plus homogènes entre opérateurs », intégrant les données 3G/4G, celles-ci sont plus qu’attendues. L’arcep poursuivra aussi son contrôle et prévoit d’enrichir son tableau de bord trimestriel en ce qui concerne la couverture mobile en zones peu denses. L’Autorité instruira également les demandes de fréquences des territoires pour un accès au très haut débit via la technologie THD Radio. Enfin, alors qu’il a défini en 2017 le statut de zone fibrée, le régulateur procédera à l’examen des dossiers de demande et à l’attribution de ce statut (prévue deux fois par an) et ce après approbation du ministre.