Enceintes connectées : à l’approche de Noël, la CNIL rappelle les enjeux liés à la vie privée dans un guide

Enceintes connectées : à l’approche de Noël, la CNIL rappelle les enjeux liés à la vie privée dans un guide

En cette période de fêtes, les enceintes connectées et autres assistants vocaux, considérés comme les cadeaux les plus tendances cette année, devraient fleurir sous les sapins.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés profite de l’occasion pour publier un guide à l’attention des utilisateurs. Il détaille sommairement le fonctionnement de ces appareils et met en garde quant à l’intrusion dans la vie privée qu’ils peuvent représenter.

Dans son guide la Commission revient rapidement sur le mode de fonctionnement de ces nouveaux assistants aux promesses basiques mais sympathiques, donner la météo, régler le chauffage, activer des lumières, réserver un VTC/Taxi, acheter des billet, etc.

Le détail est résumé en 4 étapes. La première étape consiste à “réveiller” l’enceinte qui écoute les sons environnants sans rien enregistrer jusqu’à ce qu’elle entende les interjections magiques “Hey Snips”, “Ok Google”, “Hey Alexa”. La deuxième étape réside dans le fait d’enregistrer la requête de l’utilisateur, soit localement soit directement sur les serveurs de la société. Après avoir traité la requête (transcrite et interprétée), l’enceinte formule sa réponse puis se “rendort” (étape 4).

Ce petit résumé sommaire permet à la CNIL de proposer des conseils d’utilisations pour limiter l’intrusion dans la vie privée de ces nouveaux dispositifs. En veille permanente, ces assistants vocaux sont susceptibles d’enregistrer vos conversations, précise-t-elle, y compris celles de tiers lorsqu’ils ont reconnu, ou croit avoir reconnu le mot clé : 

Les mises en garde contre le modèle économique qui repose sur la “monétisation de l’intime” sont, somme toute, du bon sens pour les utilisateurs les plus avertis mais méritent d’être rappelé puisque ces petits appareils entre directement au cœur de votre vie quotidienne. 

La Commission conclut enfin qu’elle “est en contact avec les différents fabricants afin d’avoir une parfaite compréhension des systèmes déployés. Elle réalise des tests sur certains de ces appareils et mène des réflexions sur les moyens à mettre en œuvre afin de garantir que les utilisateurs sont bien informés des données collectées, des usages qui en sont faits et des moyens à leur disposition pour y accéder, les modifier, les supprimer, etc.”

 

 Consulter le guide