Iliad : Telecom Italia ne craint pas une nouvelle guerre des prix en Italie

Iliad : Telecom Italia ne craint pas une nouvelle guerre des prix en Italie

Telecom Italia a présenté des résultats pour le troisième trimestre 2017 moins bons que prévus avec un bénéfice net en baisse de 8,38% mais un chiffre d’affaire en légère croissance (+1,32%). En marge de la présentation, le nouvel homme fort de l’opérateur, Amos Genish s’est dit confiant quant à l’arrivée prochaine d’Iliad.

L’objectif de renouer avec la croissance sur le marché italien n’est pas encore atteint. Mais le “processus de transformation” (“discipline financière et investissements massifs dans les réseaux”) rende confiant le nouveau DG de l’opérateur. D’ici un an le groupe sera “mieux préparé pour affronter le futur” affirme-t-il.

Selon lui, la guerre des prix n’aura pas lieu. L’arrivée d’Iliad n’aura qu’un impact limité car les prix sont “déjà au minimum”. Maintenir des tarifs bas sur le long terme n’est pas viable pour lui. “Les nouveaux concurrents pourront modifier un peu les choses mais je ne pense pas qu’il y aura une guerre des prix à caractère tactique” a-t-il expliqué.

Les analystes quant à eux ont plutôt tendance à penser le contraire. 

L’agence Fitch table sur un recul de revenu moyen par abonné sur le marché du mobile et considère qu’avec des prix bas Iliad produira une pression sur les prix du marché italien qui lui permettra d’atteindre rapidement les 10% de part de marché initialement prévus.

Standard & Poor’s prévoit "une tempête" : un recul des revenus du secteur de 1 à 2% sur les deux prochaines années avec pour cause principale l’arrivée d’Iliad. L’agence relève toutefois que le concurrent qui sera le plus touché est Wind-Tre. L’impact sur Telecom Italia sera moins fort selon eux car, avec Vodafone, ils visent une clientèle plus “premium” et moins sensible aux prix.

Moody’s estime aussi qu’il y aura un recul des bénéfices pour les concurrents de l’ordre de 5% sur les 18 prochains mois.