SFR, exclu de la fédération des industriels des RIP

SFR, exclu de la fédération des industriels des RIP

SFR, le vilain petit canard. 

D’après ses sources, Les Echos informe ce matin que SFR a été exclu de la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique. La raison, l’opérateur au carré rouge aurait tenu des propos "anti-RIP" selon son président Etienne Dugas. Contacté par Univers Freebox, la FIRIP confirme ces informations et précise : "son éviction ne signifie pas pour autant que tous les membres de la FIRIP vont lui tourner le dos et ne plus collaborer avec ! Cela relève davantage d’une décision dogmatique."

Depuis cet été, la fédération est vent debout face à l’intention de SFR de fibrer la France seul au risque de déployer son réseau en parallèle de RIP déjà en place ou en passe de l’être. La semaine dernière, celle-ci par la voix de son président a interpellé à ce propos le Président de la République, le Gouvernement et les parlementaires :

“Nous demandons que l’État donne les moyens aux collectivités de refuser tout déploiement d’opérateur privé venant concurrencer un projet RIP, initié afin de combler la carence historique d’investissement sur ces zones. 9 millions de prises sont aujourd’hui concernées (sur un potentiel de 15 millions à terme), représentant plus de 10 milliards d’investissements.” 

Pour rappel après avoir perdu l’appel d’offre du plus grand RIP de France (Grand-Est) en juillet dernier, SFR avait fait savoir qu’il déploierait tout de même son propre réseau en parallèle. Depuis l’opérateur a élargi cette position prise sur la région Grand Est à l’ensemble du territoire français. SFR a en effet annoncé sa volonté de Fibrer la France (100% du territoire en 2025). Le chiffrage complet et le plan détaillé se fait toujours attendre. Même si l’annonce de ce projet paraît peu réaliste, il n’en reste pas moins que cela représente un danger pour les investissements publics et privés réalisés en zone peu denses aux yeux des acteurs des RIP.