Fibre optique : la FIRIP demande à l’Etat un moyen d’empêcher SFR de déployer un réseau parallèle sur les RIP

Fibre optique : la FIRIP demande à l’Etat un moyen d’empêcher SFR de déployer un réseau parallèle sur les RIP

L’appel d’Arc-et-Senans : les acteurs des RIP forment un front uni, bien décidé à faire entendre leur voix, ils lancent un appel à l’Etat pour qu’il se donne les moyens de “sécuriser les investissements publics et privés réalisés en zone peu denses”.

Tous les acteurs des réseaux d’initiative publique étaient réunis dans le Doubs à la Saline Royale ce 26 octobre dernier pour échanger autour de la feuille route du Plan France Très Haut Débit du gouvernement qui devrait permettre à l’ensemble de la population d’avoir accès à un internet performant d’ici 2020.
 
La rencontre était organisée par le Syndicat Mixte Doubs Très Haut Débit, la Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique (FIRIP), Altitude Infrastructure et le CREDO en présence également de l’ANEM (Association Nationale des Élus de la Montagne), ainsi que l’AVICCA, la Caisse des Dépôts, le Département du Doubs, la Région Bourgogne Franche-Comté et l’Agence du Numérique.
 
 
La FIRIP, par la voix de son président Etienne Dugas, interpelle le Président de la République, le Gouvernement et les parlementaires :
 
“Nous demandons que l’État donne les moyens aux collectivités de refuser tout déploiement d’opérateur privé venant concurrencer un projet RIP, initié afin de combler la carence historique d’investissement sur ces zones. 9 millions de prises sont aujourd’hui concernées (sur un potentiel de 15 millions à terme), représentant plus de 10 milliards d’investissements”
 
Pour rappel après avoir perdu l’appel d’offre du plus grand RIP de France (Grand-Est) SFR avait fait savoir qu’il déploierait tout de même son propre réseau en parallèle. Depuis l’opérateur a élargi cette position prise sur la région Grand Est à l’ensemble du territoire français. SFR a en effet annoncé sa volonté de Fibrer la France (100% du territoire en 2025). Le chiffrage complet et le plan détaillé se fait toujours attendre. Même si l’annonce de cette volonté de fibrer tout le territoire paraît peu réaliste, il n’en reste pas moins que cela représente un danger pour les investissements publics et privés réalisés en zone peu denses.
 
Par ailleurs, la FIRIP s’est félicitée des propos tenus par Sébastien Soriano, Président de l’ARCEP, devant le Sénat hier, sur la protection des RIP à travers le statut proposé de « réseau d’aménagement numérique ».