L’UE demande des comptes à Facebook et WhatsApp sur leurs pratiques illégales de partage de données personnelles

L’UE demande des comptes à Facebook et WhatsApp sur leurs pratiques illégales de partage de données personnelles

Isabelle Falque-Pierrotin présidente de la CNIL et du G29 (organe consultatif européen indépendant sur la protection des données) presse WhatsApp et Facebook de se conformer à la législation européenne par rapport au partage de données personnelles entre les deux applications qui avait été jugé illégal.

Dans un courrier adressé Jan Koum le 24 octobre, DG de WhatsApp et membre du conseil d’administration de Facebook, le G29 fait remarquer qu’un an après leur premier courrier les régulateurs européens ne sont pas satisfaits des solutions mises en place par les deux sociétés et les appellent à entrer en discussion avec l’organe européen pour se conformer au plus vite aux réglementations en vigueur. 

En 2014 lors du rachat de WhatsApp par Facebook les deux entreprises avaient pris l’engagement de ne pas partager de données entre elles, mais peu de temps après WhatsApp changeait ses conditions d’utilisation en prévoyant le partage notamment des numéros de téléphone de ses utilisateurs avec Facebook. En mai dernier la Commission avait condamné à une amende de 110 millions d’euros pour ces faits. Suite à cette sanction WhatsApp a mis en place une section dédiée au partage de données dans sa FAQ pour faire de la pédagogie.

Le G29 estime que cela n’est pas suffisant et “ne règle pas le problème”. Le groupe invite WhatsApp et Facebook à assister à une prochaine réunion du groupe de travail afin d’exposer en détail de nouvelles solutions adaptées à la réglementation européenne de protection des données personnelles.