Canal + va débarquer en Italie, au programme : acquisitions de droits et productions de séries et films

Canal + va débarquer en Italie, au programme : acquisitions de droits et productions de séries et films

La création de la coentreprise entre Canal + et Telecom Italia a été approuvée lors du conseil d’administration de l’opérateur historique italien. La joint venture se concentrera sur la production de films et séries et l’acquisition de droits audiovisuels mais aussi sportifs puisque les droits des saisons 2018-2021 du football italien seront bientôt mis aux enchères.

Après les déboires avec la famille Berlusconi sur l’affaire Mediaset Premium, le projet de Vivendi de développer une offre de télévision payante italienne avait du plomb dans l’aile. Mais quand une porte se ferme il n’y a qu’à passer par la fenêtre. Des rumeurs affirme par ailleurs que la sortie de crise avec la famille Berlusconi pourrait même résider dans l’entrée future au capital de la coentreprise en échange de la réduction de la participation de Vivendi dans Mediaset. 
 
Telecom Italia avait déjà donné son accord fin juillet à un projet qui portait le nom de “Canale+” sensé proposer à la fois des contenus linéaires ainsi que des services de rattrapage et de VoD. Canal+ devait être actionnaire minoritaire mais le groupe mettait son expertise dans l’acquisition des droits sportifs en avant.
 
Début septembre une première mouture des termes du contrat avait fuité dans la presse italienne. Dans un communiqué Telecom Italia déclare que le projet a été approuvé par la majorité des membres du conseil d’administration. 
 
Telecom Italia garde le contrôle
 
Le but de la coentreprise est de développer l’offre de contenus vidéos que l’opérateur proposera à ses clients pour accélérer le développement de la fibre. Dans le détails la joint venture se concentrera sur la production de films et séries et l’acquisition de droits audiovisuels mais aussi sportifs puisque les droits des saisons 2018/2021 du football italien seront bientôt mis aux enchères.
Canal+ restera minoritaire mais la répartition des parts est plus équilibrée que dans la première version (80% du capital pour TIM contre 20% pour le groupe Canal +). Le projet approuvé prévoit une participation de 60% de TIM et 40% de Canal+. Le directeur général de la coentreprise sera choisi parmi les conseillers TIM du conseil d’administration (il se composera de 5 conseillers, 3 nommés par TIM et 2 par Canal+).

Vers des offres triple play chez TIM
 
Avec cette opération Tim fait un pas important vers la stratégie de convergence médias/télécom” commente Amos Genish le nouvel administrateur général nommé par Vivendi. Il poursuit en précisant “la joint venture avec Canal+ nous permettra en effet de saisir de nouvelle opportunité de croissance dans un marché en constante évolution grâce à une offre commerciale de fibre optique couplée à des contenus vidéos premium”. 
 
"Il s’agit d’un marché majeur et nous nous réjouissons de pouvoir développer avec TIM des contenus premium en nous appuyant sur notre expertise dans la production de films, de séries télévisées et de documentaires de qualité. Au cours des derniers mois, le groupe Canal+ a également démontré sa capacité à créer de la valeur pour les opérateurs télécoms suite à des partenariats stratégiques avec Orange, Free et Bouygues Telecom" déclare Jacques du Puy, président de Canal+ International.