Antenne-relais : Free sort gagnant d’un petit bras de fer judiciaire pour une histoire d’hélicoptères

Antenne-relais : Free sort gagnant d’un petit bras de fer judiciaire pour une histoire d’hélicoptères

Après l’impact des ondes sur la santé, voici la sécurité aérienne.

Depuis 2016, le maire de Soullans, une commune vendéenne d’environ 4200 habitants, s’oppose à l’implantation d’une antenne-relais Free Mobile de 38,27 mètres de haut à proximité d’une zone artisanale et d’un stade municipal. Ce dernier faisant office de zone d’atterrissage pour les hélicoptères de la sécurité civile, l’élu avait pointé du doigt « un risque pour la sécurité aérienne » avant de mener une action en justice contre Free. En septembre 2016, la juge des référés du tribunal administratif de Nantes en a décidé autrement en suspendant « la portée de la décision, à la demande de Free » rapporte actu.fr.

Finalement le 24 août dernier, la 6e chambre du tribunal administratif statuant cette fois-ci sur le fond, a donné son feu vert à Free quant à l’installation de cette antenne, le risque de collision n’ayant pas été établi. Le plan d’urbanisme de la commune ne comportait d’ailleurs aucune disposition relative à l’utilisation de ce terrain de foot comme hélisurface.