La “main tendue” d’Altice à Orange pour fibrer la France d’ici 2022

La “main tendue” d’Altice à Orange pour fibrer la France d’ici 2022

Interviewé ce week-end par la cofondatrice de Wipplay dans le cadre de la « Relève » qui a permis à 200 personnalités de devenir rédacteur d’un jour dans les Echos, Michel Combes, PDG de SFR est revenu sur le plan de l’opérateur de fibrer la France seul d’ici 2025 sans argent public. J-15 avant l’annonce du budget et de la stratégie de financement du projet.

A t-il suffi d’offrir un jeu de poker à Michel Combes pour l’amener à prouver que les plans de SFR ne riment pas avec un simple coup de bluff. Si le gouvernement doute de la capacité de SFR de fibrer toute la France sans subvention publique, Michel Combes répond qu’Altice « installe 1,5 million de nouvelles prises par an et nous accélérons depuis début septembre. D’ici l’an prochain, nous serons en capacité d’en installer 2,5 millions ! Avec le rachat de sociétés techniques de développement et la création de nouvelles entreprises, nous avons la capacité humaine, technique et industrielle de le faire ». Si SFR ne veut « plus payer ni les 800 millions de redevance que nous versons à Orange, ni, à l’avenir, des sociétés créées ex nihilo qui profitent des subventions publiques pour fibrer et recevoir, ensuite, un péage », martèle Michel Combes, son projet n’en est pas moins fédérateur. A ses dires, celui-ci devrait « réconcilier les territoires et les opérateurs » mais SFR devra avoir accès à certaines infrastructures. A l’éternelle question du financement alors qu’Altice est endetté et procède à des refinancements de ses dettes, son directeur général le promet, « l’intégralité » du programme de fibrage de la France par SFR « sera financé ». Réponse donc dans quinze jours avec l’annonce annonce du budget et de la stratégie de financement du projet.

S’agissant des délais, Michel Combes confie que SFR peut réussir à fibrer la France avant 2025 en solo. Pour autant, une France fibrée en 2022, c’est faisable « si nous avançons main dans la main avec Orange», confesse t-il. Pour ce faire et sans surprise, SFR demande à ce que de nouvelles négociations soient ouvertes sur un « modèle équilibré de répartition des zones à fibrer sur le territoire entre Orange et SFR ». Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué pour le patron de SFR dont la marche à suivre est la suivante : Altice donnera accès à son réseau aux autres opérateurs, «sous le contrôle de l’Arcep ». La « transparence » devra être de mise, de toute manière les pouvoirs publics se doivent de piloter cet enjeu, estime t-il.