Nokia fait de la France son QG pour le développement de la 5G

Nokia fait de la France son QG pour le développement de la 5G

 

Il fait bon d’être ingénieur en R&D chez Nokia.

Alors que Nokia a maintenu le 03 octobre dernier son plan de suppression de 600 emplois en France tout en confirmant son engagement de recrutement en recherche et développement avec 300 embauches à venir et 500 à terme, le géant finlandais a par la même occasion réitéré son intention de faire de la France son pôle d’excellence de développement de la 5G. Aujourd’hui comme le rapporte l’Usine Nouvelle, Nokia a choisi son site de Paris-Saclay comme « principale base mondiale », celui-ci bénéficiera de la moitié des recrutements d’ingénieurs prévue. Localisé à Nozay dans l’Essone, le site compte actuellement 850 ingénieurs et chercheurs sur 3700 employés et devrait « dépasser les 1000 personnes » d’ici fin 2018, a déclaré Pascal Agin, directeur de la R&D de cette nouvelle technologie.

Pour rappel, après avoir supprimé 400 emplois en 2016 à la suite du rachat d’Alcatel Lucent, Nokia, en difficulté financière, souhaite continuer son écrémage et justifie ses actions par un plan de sa maison-mère visant à dégager 1,2 milliard d’euros d’économie à l’horizon 2018. La direction de Nokia s’était engagée auprès d’Emmanuel Macron alors ministre de l’économie, à renforcer le secteur de la recherche et développement en le portant à 2.500 ingénieurs et chercheurs à fin 2019. Un engagement loin d’être tenu puisque "seulement 20% des 500 recrutements nécessaires ont été réalisés à ce jour" a estimé l’intersyndicale.