Facebook et Microsoft annoncent avoir finalisé la pose d’un câble sous-marin transatlantique d’une capacité de 160 térabits/seconde

Facebook et Microsoft annoncent avoir finalisé la pose d’un câble sous-marin transatlantique d’une capacité de 160 térabits/seconde

Les deux entreprises américaines viennent d’annoncer la finalisation du déploiement du câble sous-marin Marea qu’elles ont financé et qui relie les États-Unis à l’Europe.

Le partenariat avec Telxius, filiale de Telefonica et spécialiste des infrastructures télécoms, a permis de mener à bien l’installation d’un câble sous-marin en fibre optique d’une longueur de 6 600 km. Il repose par plus de 5 000 mètres de profondeur dans l’Océan Atlantique et permettra un débit de 160 terabits/seconde, ce qui rendra possible la diffusion de 71 millions de vidéos en HD en même temps affirme Microsoft. Il reliera Bilbao en Espagne à Virginia Beach aux États-Unis. Pour la petite histoire, Microsoft annonce le poids du câble : 4,65 millions de kilogrammes soit environ le poids de 34 baleines bleues.

Il va permettre de soutenir le développement du “cloud” et des services numériques. Microsoft annonce donc également dans la foulée de nouvelles zones de disponibilité pour sa plateforme de cloud computing Azure. La mise en service de Marea ("marée" en espagnol) est prévue pour 2018.

Les parties les plus sensibles, proches des côtes ont été enterrées afin de protéger le câble des catastrophes naturelles. En effet l’ouragan Sandy qui a frappé la côte des États-Unis en 2012 a aussi marqué les esprits en perturbant le réseau entre l’Amérique du Nord et l’Europe “Pour nous, la tempête a mis en lumière un défi potentiel dans la consolidation des câbles transatlantiques” affirme Frank Rey, directeur de la stratégie réseau de Microsoft.

Marea arrive à un moment critique. Les câbles sous-marins atlantiques transportent déjà 55 % de données de plus que les câbles transpacifiques, et 40 % de données supplémentaires par rapport aux câbles reliant l’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud. Cela ne fait aucun doute, la quantité de données qui transite à travers l’Atlantique en permanence va encore s’accentuer dans les années à venir” conclut le président de Microsoft, Brad Smith.