Fibrer la France seul : des sénateurs se rebiffent contre SFR, proposition de loi en approche

Fibrer la France seul : des sénateurs se rebiffent contre SFR, proposition de loi en approche

Entre le sénateur Patrick Chaize et SFR, ce n’est pas l’amour fou, bien au contraire. Une proposition de loi pour contrer les ardeurs de l’opérateur au carré rouge est d’ailleurs attendue d’ici deux semaines, informe Le Monde.

Il y a quelques jours lors de l’Université d’été du THD, le sénateur de l’Ain et président de l’AVICCA est monté au créneau face aux intentions de SFR de fibrer la France seul et sans argent public, affirmant aux côtés de René-Paul Savary, sénateur et Président du Conseil départemental de la Marne qu’il "paraît inconcevable que notre droit autorise la construction d’un réseau privé, aux côtés d’un RIP, quand celui-ci a justement été construit par carence du privé !”. Dès lors "Il serait donc contre-productif qu’une entreprise privée ait changé d’avis. Imagine-t-on un nouveau réseau d’eau ou d’électricité venant concurrencer ceux des villes ? », a t-il ajouté.

Aller investir de l’argent privé dans des zones déjà prises en charge par les collectivités rime tout bonnement avec concurrence déloyale pour Patrick Chaize qui "travaille sur une proposition de loi, qui aurait comme objectif de sécuriser les investissements publics." La rédaction de celle-ci sera terminée d’ici quinze jours pour la rentrée parlementaire, informe le quotidien. Seul hic, la puissance publique n’a plus le monopole du déploiement depuis 1997. Un opérateur est donc libre de déployer sur fonds propres.

Patrick Chaize, n’en est pas à sa première offensive contre l’opérateur de Patrick Drahi. Le 5 septembre dernier, l’AVICCA soit l’Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel dont il est le président a remis une liste de 43 propositions d’actions sur le plan THD au gouvernement. Dans son viseur, SFR. L’en atteste certaines préconisations comme : « signifier aux opérateurs privés qu’ils franchiraient une ligne rouge en dupliquant des réseaux FttH et en déstabilisation des projets et RIP FttH. » Ou encore, « le risque principal, peut-être recherché par des annonces intempestives récentes, serait de déstabiliser les financeurs qui étaient rassurés par la cohérence du schéma et la non-duplication de la boucle locale dans un cadre régulé.» L’heure est donc à l’attaque pour les parlementaires, en attendant cette proposition de loi et les modalités du plan de SFR …