France Télévisions a jeté son dévolu sur Arkena pour développer sa plateforme SVOD

France Télévisions a jeté son dévolu sur Arkena pour développer sa plateforme SVOD

France Télévisions a fait appel à Arkena, leader européen des services médias afin de développer sa nouvelle plateforme de SVOD dont le lancement est prévu en octobre.

Ce nouveau service par abonnement, qui sera un peu un Netflix avec des contenus français, reposera sur un modèle de partenariat inédit avec les principaux groupes producteurs-distributeurs en fiction. Il sera intégré à la nouvelle plate-forme france.tv , qui permet de revoir la majorité du contenu de France Télévisions sur tous les écrans. Basé sur le service Cloud4TV d’Arkena , la plateforme SVOD pourra gérer de gros volumes de contenus pour une diffusion multi-écran avec un renouvellement hebdomadaire de l’offre, informe un communiqué.

«L’expérience d’Arkena dans le développement des plates-formes OTT et la maturité de sa solution nous permettent de nous avancer avec confiance avec ce projet stratégique pour France Télévisions, avec de fortes attentes en termes d’expérience client et de délais très serrés», assure Julien Verley, Directeur Général de France Télévisions SVOD. «La proximité des équipes et leur réactivité leur permettent de répondre à nos besoins. En mettant l’accent sur la qualité du service, nous offrons à nos utilisateurs la meilleure expérience possible. " a t-il précisé.

«Nous sommes fiers de soutenir France Télévisions sur un projet de cette taille, qui est pleinement conforme à la vision du Groupe en matière d’innovation, de développement et d’influence», a déclaré de son côté Aymeric de Cardes , Directeur Général d’Arkena.

Lancé en 2014 par le diffuseur et opérateur de sites d’antennes TDF, Arkena est une entité européenne de services médias née de la fusion des activités médias du groupe. Sa mission, proposer aux acteurs de l’industrie des médias, de gérer, préparer, diffuser leurs contenus sur tout type d’écrans au travers de solutions globales répondant ainsi aux problématiques de fragmentation de l’audience.