Stéphane Richard, une procédure repoussée dans l’affaire Tapie lui ouvrant la voie à un troisième mandat ?

Stéphane Richard, une procédure repoussée dans l’affaire Tapie lui ouvrant la voie à un troisième mandat ?

Mis en examen pour escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics dans l’affaire Tapie, le PDG d’Orange ne devrait pas être renvoyé devant la justice avant le choix de son successeur en mars prochain, d’après les informations de BFMTV

Les calendriers entre sa campagne à sa propre succession à la tête d’Orange et son procès dans l’affaire Tapie ne devraient pas se chevaucher à en croire les sources de la chaîne d’info en continu. En effet, le PDG de l’opérateur historique aurait profité d’un « coup de pouce de Bernard Tapie » qui a « multiplié les demandes de pièces supplémentaires au dossier judiciaire. Il a également déposé un recours en annulation dont l’audience aura lieu le 2 octobre prochain. » Suffisant pour repousser la procédure et ouvrir la voie à Stéphane Richard qui brigue un troisième mandat et dont les délibérations dans ce sens prendront place en mars prochain. BFMTV précise également selon une autre source qu’en cas de renvoi direct en correctionnelle, « la procédure nécessiterait au moins six mois. En moyenne, cela prend plutôt dix à douze mois. » Dès lors le procès ne pourrait se tenir avant le mois de mai ou juin. Ce qui devrait tomber à point nommé pour Stéphane Richard puisque le nom du nouveau numéro un d’Orange sera entériné le 4 mai prochain.

De son côté, ce dernier devrait présenter cet automne aux administrateurs sa vision pour le groupe jusqu’en 2025, le plan actuel arrivant à terme en 2020. Le PDG d’Orange peut mettre en avant un bilan positif, entre la gestion de la nouvelle concurrence soit l’arrivée de Free, l’expansion du groupe en Afrique ou encore l’imminent lancement d’Orange Bank qui en cas de succès renforcerait la légitimité de l’actuel patron du groupe dans ses fonctions. Du côté des prétendants à ce poste, Nicolas Dufourcq sort du lot, le DG de Bpifrance a rejoint récemment l’opérateur télécom en tant qu’administrateur et représentant de la banque publique d’investissement.