Essential Phone : Le smartphone du cofondateur d’Android pourrait débarquer en France entre autres

Essential Phone : Le smartphone du cofondateur d’Android pourrait débarquer en France entre autres
 
Il y a quelques semaines, Univers Freebox annonçait le lancement officiel de l’Essential Phone, le prochain terminal haut de gamme du cofondateur d’Android, Andy Rubin. Initialement prévu à la vente pour juin 2017 outre-Atlantique par le biais d’internet au prix de 699 dollars, il n’est toujours pas en vente à ce jour. Cependant d’après Niccolo de Masi, directeur des opérations d’Essential, le lancement du smartphone aux Etats-Unis serait « imminent ». Le groupe d’Andy Rubin s’est déjà engagé avec l’opérateur « Sprint » pour les Etats-Unis. Les cadres d’Essential se sont entretenus avec plusieurs opérateurs notamment « EE » pour le Royaume-Uni afin de fixer une date de lancement outre-Manche. Ce nouvel appareil pourrait donc être commercialisé au Royaume-Uni, en Europe et donc France mais aussi ailleurs dans le monde, notamment au Japon.


Un smartphone anti-obsolescence programmée 
 
Ce smartphone, très attendu par les fans d’Android, permettra à l’utilisateur de choisir les fonctions qu’il désire en faisant évoluer l’appareil de manière à ce qu’il "ne soit pas dépassé chaque année". Un très bon point contrairement aux autres smartphones haut de gamme présent sur le marché qui prônent l’obsolescence programmée. Il sera doté d’un design épuré et conçu de titane et de céramique mais sa principale nouveauté sera la possibilité d’ajouter des accessoires via des connecteurs magnétiques placés au dos de l’appareil (comme la caméra 360 degrés par exemple). Deux objectifs photos seront installés à l’arrière du terminal dans le but de prendre des photos de bonne qualité à faible luminosité.
 
 
Avec ce petit bijou, Essential ainsi que Andy Rubin comptent bien se faire une place sur le marché des smartphones haut de gamme. Reste à voir s’il arrivera à concurrencer les géants du secteur que sont Apple et Samsung.
 
Source  : Financial Times