Xavier Niel sur France Inter : le Laurent de Medicis des start-up affirme sa volonté de “transformer Paris, la France, l’Europe”

Xavier Niel sur France Inter : le Laurent de Medicis des start-up affirme sa volonté de “transformer Paris, la France, l’Europe”

 
Ce matin Xavier Niel était l’invité de Patrick Cohen sur France Inter pour parler de l’inauguration de la Station F. Il s’agira d’une réalité qui représentera la plus grande concentration de start-up au monde (devant la Silicon Valley) dans une ambiance placée sous le signe du mélange et de la diversité.
 
Vous avez dit Incubateur, Patrick ?
L’inauguration du plus grand incubateur de start-up au monde aura donc lieu ce soir en présence du Président de la République. Mais comment définir un incubateur ?
Pour Xavier Niel il s’agit de prendre des jeunes avec une idée forte et qui veulent se concentrer sur leur produit et leur apporter tout le soutien nécessaire pour qu’ils aient le moins de choses à penser en dehors de la création de leur futur produit.
La Station F prendra le relais notamment sur le plan administratif : il y aura dans les locaux un bureau de poste, un centre des impôts, la French Tech, L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) tout cela dans le but de simplifier au maximum la partie administrative.
Une autre des missions d’un incubateur est l’accompagnement. Des experts dans leur domaine seront présents également, ils donneront des conférences et auront un rôle de mentor pour aider les jeunes pousses à grandir sereinement.
 
Envie de créer et diversité 
Les jeunes qui franchissent le pas et créent leur propre start-up sont en général passés par une grande école et issus d’un milieu social favorisé. Xavier Niel avec ce projet pense aux jeunes qui ont une mentalité de “fighter”, l’envie de se battre. L’envie de créer est bien plus importante que le bagage scolaire. C’est une des leçons qu’il a tiré de l’expérience de l’école 42, un succès avec 40% des étudiants sélectionnés n’ont pas le bac. La Station F est dans la même lignée. La recette du succès pour Xavier Niel se fonde sur le mélange et la diversité plus que sur l’héritage ou la chance d’avoir pu suivre une formation idéale. 
 
Niel/Macron
Interrogé sur Emmanuel Macron, Xavier Niel a répondu que le président avait toujours cru dans l’univers des start-up. Il en a même monté une lui-même et la Station F aurait été ravi d’incuber En Marche. Les deux hommes se parlent moins depuis qu’Emmanuel Macron a été élu président, mais ils gardent de bons rapports. Xavier Niel a répété ne pas avoir voté tout en précisant qu’il déteste en parler car il considère qu’il s’agit de la pire chose à faire.
 
Mécénat, Xavier Niel : le Laurent de Medicis de la start-up
Sa contribution à la vie démocratique se traduit plutôt par l’investissement, la création d’emploi, l’insufflation d’une volonté de faire évoluer un système économique vieillissant. Station F en est une des manifestations concrètes ; Xavier Niel a investi 250 millions d’euros de sa fortune personnelle “à fond perdu” pour donner naissance à ce projet. 
Face à Patrick Cohen, il s’est posé en véritable mécène des start-up françaises. Il a précisé en parlant de sa fortune que la notion d’héritage était à double tranchant. Il est important que les enfants aient de quoi se lancer dans la vie, mais léguer une grosse fortune représente plus une charge que les enfants devront assumer qu’une chance selon lui. C’est pour cette raison et en réponse à la question “quoi faire de mon argent ?” que Xavier Niel a choisi de s’orienter vers le “mécénat” ce qui lui permet de faire ce qu’il aime et qu’il sait faire avec son argent tout en aidant la France en soutenant la création d’entreprises et d’emplois. C’est, pour lui qui a grandi à Créteil dans une famille modeste, une question de bon sens et de logique.