Quand un collectif d’habitants décide de faire front face à l’implantation d’une antenne-relais Free Mobile dans leur rue

Quand un collectif d’habitants décide de faire front face à l’implantation d’une antenne-relais Free Mobile dans leur rue

Faire pousser des antennes-relais, ce n’est pas si facile et cela peut même parfois rendre fou de colère les habitants.

Alors que dans de nombreux villages français, la 4G est encore aux abonnés absents, ce n’est pas le cas de Villampuy en Eure-et-Loir. Si certains résidents de cette commune d’environ 300 habitants déclarent capter la 4G, ils ne voient pas l’intérêt de voir Free Mobile ériger une antenne de 36 mètres de haut dans une rue, coincée entre deux maisons. Visiblement consternés à la vue du panneau d’affichage du permis de construire, les habitants ont très vite monté un collectif puis déposé un recours gracieux auprès de leur maire avant de lancer une pétition en ligne comme le rapporte dans ses lignes , l’Echo Républicain.

Concrètement, le collectif considère que les règles d’urbanisme ne sont pas respectées et craint que « le socle de l’antenne de 5m2 environ soit positionné à plus des trois mètres réglementaires de la limite séparative des maisons », précise le quotidien. Une pollution visuelle et des risques sanitaires viennent également s’ajouter à la liste des arguments. Dans leur pétition, les habitants pointent aussi du doigt le Conseil municipal qu’ils accusent d’avoir voté « l’autorisation du permis de construire sans réelle délibération mais surtout sans avoir les plans détaillés de ladite antenne. Le maire aurait présenté une antenne sur le bord de la route d’Orléans qui allait rapporter 3.000 € à la commune mais sans autre précision. »

L’Echo Républicain a réussi à s’entretenir avec Free à ce sujet, l’opérateur de Xavier Niel a notamment répondu être « en cours de déploiement de son réseau mobile et doit respecter des engagements de couverture dans le cadre de ses licences d’opérateurs. » Avant d’ajouter que «cette antenne permettra d’apporter la 3G et la 4G à la population. Le site à Villampuy a été retenu après la non-faisabilité constatée sur un autre site et la recherche d’un nouveau répondant aux besoins définis.»

Le collectif a demandé à Free de faire marche arrière ou au maire d’annuler le permis avec une date limite, le 30 juin. Free devrait commencer les travaux courant juillet.

Merci Stéphane !