Free répond à la SPPF

La SPFF (Société civile des Producteurs de Phonogrammes en France) a exprimé sa stupéfaction face au service proposé par Free : dl.free.fr.

A son tour,  Free, exprime son incompréhension face à ce qu’elle qualifie de « propos diffamants. » L’entreprise tient à souligner que dl.free.fr existe depuis 2005, que le service est encore en phase de test et qu’il n’est pas le plus médiatique des outils de stockage en ligne. En d’autres termes, il existe pléthore d’autres moyens pour échanger des contenus illégaux, en premier lieu les clients P2P. D’autre part, Iliad note que par son comportement, la SPPF fait de la publicité pour une utilisation frauduleuse de son service de stockage. (…)

*
* *

En effet, on peut indiquer que d’autres services de stockage de fichier existent : rapidshare, mirrorit, ou tout simplement le service Neuf Giga. A ce titre, accuser Free de favoriser le piratage n’a pas vraiment de sens et l’on peut comprendre l’incompréhension exprimée par la direction.

Source : Le Monde Informatique