Droits sportifs : et si Canal+ et BeIN Sports venaient à accorder leurs violons ?

Droits sportifs : et si Canal+ et BeIN Sports venaient à accorder leurs violons ?

L’union fait la force.

La guerre des contenus a pris un nouveau virage hier lorsque SFR a raflé les droits exclusifs de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa pour la période 2018-2021. Un manque à gagner pour Canal+ qui proposait 15 matchs de C1 et incluait BeIN Sports dans son pack Sport, surtout que « l’essentiel des clients de Canal+ (95%) se porte sur les tarifs avec engagement de 24 mois, la moitié ayant opté pour le pack Sport qui vient en supplément. », avait annoncé Frank Cadoret , directeur de la distribution de Canal lors de l’AG de Vivendi il y a quelques semaines.

De son côté, la chaîne qatarie se voit également fragilisée par cette perte même si cette dernière conserve encore de nombreux droits de diffusion, que ce soit dans le football et d’autres sports. Une question se pose toutefois : que pourrait-il se passer dans les mois à venir pour la chaîne cryptée et BeIN Sports, avant l’attribution des droits audiovisuels de la Ligue 1, en 2018 ?

Interrogé par La Tribune Jérôme Bodin, analyste médias chez Natixis, Jérôme Bodin estime qui si BeIN Sports ne se retire pas progressivement du marché français, il « est possible que cette perte de droits conduise l’Autorité de la concurrence à accepter une distribution exclusive de beIN Sports par Canal+ à partir de juillet 2017, poursuit-il. Ce qui reviendrait à une alliance entre les deux groupes. Jusqu’en 2020, la Ligue 1 serait ainsi disponible en exclusivité via le pack sport de Canal+. Cela permettrait probablement de fortement limiter le churn [fuite d’abonnés à la concurrence, NDLR] lié à la perte des droits de la Ligue des champions. »

Le but d’une telle alliance serait dès lors de limiter au maximum le départ de clients qui seraient susceptibles de rejoindre SFR. Par ailleurs Vincent Maulay , analyste télécoms chez Oddo Securities rapporte toujours dans les lignes de La Tribune que "dans un scénario bas, SFR peut justifier de quasiment 300 millions d’euros d’Ebitda en prenant 1 million de clients en Over The Top [soit des abonnements via son appli, disponible sur mobile, tablette et PC, NDLR] à beIN, et 500.000 nouveaux clients télécoms en provenance des autres opérateurs". Pour Michel combes « le retour sur investissement sera plus que positif » pour le groupe et certains analystes estiment que SFR devra conquérir 2 millions d’abonnés fixes supplémentaires afin de compenser l’impact ou alors augmenter ses tarifs.

Renforcement du partenariat entre Canal et Orange

Reste enfin le rapprochement entre Orange et Canal+ dont les discussions en cours n’ont pas été finalisées à temps pour contrer SFR, une alliance en vue, purement commerciale et non capitalistique comme l’ont confirmé Stéphane Richard et Vincent Bolloré qui devrait probablement prendre forme avant la nouvelle attribution des droits de la Ligue 1 l’année prochaine. D’ici là de l’eau va encore couler sous les ponts.