Altice va faire son entrée à Wall Street notamment pour accélérer le remboursement de sa dette de 50 milliards

Altice va faire son entrée à Wall Street notamment pour accélérer le remboursement de sa dette de 50 milliards

Générateur de revenus au potentiel certain depuis sa naissance il y a deux ans suite au rachat des câblo-opérateurs Cablevision et Suddenlink, Altice USA, filiale américaine de l’empire des médias et des télécoms de Patrick Drahi, va officialiser d’après l’AFP ces jours-ci son projet d’entrée à Wall Street. Des premiers pas boursiers prévus cet été.

L’objectif, accélérer le remboursement des 50 milliards d’euros de dette nette du groupe à la fin 2016 mais aussi « financer de nouvelles acquisitions et réduire la part des actionnaires minoritaires » note l’agence de presse.

Quatrième câblo-opérateurs outre-Atlantique, Altice USA compte plus de 4,6 millions d’abonnés et devrait être valorisé de 25 à 30 milliards par cette opération, ont affirmé des sources bancaires. Patrick Drahi devrait quant à lui conserver 70 % « du capital intacte » alors que le fonds de pension canadien CPPIB et le fonds BC Partners, détenant à eux deux 30% de la filiale d’Altice, devraient au final céder entre 5 et 10% de cette participation aux dires des mêmes sources. Ainsi, Altice USA envisagerait de lever jusqu’à 2 milliards lors de son entrée à Wall Street. « Le groupe est bien parti pour devenir la vache à lait de l’empire bâti par le magnat Patrick Drahi, dont il représentait un peu plus de 34% des revenus en 2016, juste derrière la France (environ 48%), en raison d’un marché américain du câble aux fortes marges », conclut enfin l’AFP.

La maison-mère de SFR continue sur sa lancée après avoir été introduite en bourse à Amsterdam le 31 janvier 2014.