Couvrir le territoire en fibre, c’est une « usine colossale » et « des millions de km de lignes » pour le président de la FFT

Couvrir le territoire en fibre, c’est une « usine colossale » et « des millions de km de lignes » pour le président de la FFT

La fracture numérique était au coeur, hier, de l’émission "Le Téléphone Sonne" de France Inter. L’un des trois invités du jour, Régis Turrini, président de la fédération française des télécoms et secrétaire général de SFR, s’est prêté au jeu des questions-réponses avec les auditeurs. Au programme notamment, les zones blanches et le déploiement de la fibre dans les zones rurales.

Au sujet du fixe et du plan THD, Régis Turrini au delà d’avoir conscience de la mise à l’écart d’une partie de la population en terme d’accès au numérique, a néanmoins tenu à sensibiliser les auditeurs sur le fait que « que la couverture du pays en réseau cuivre, a mis des dizaines d’années et là c’est la même chose, on va couvrir en fibre le territoire et ce sont des millions de km de lignes". En comparaison d’après lui, « il y a 20 000 km d’autoroutes. C’est un effort , c’est une usine colossale que les opérateurs sont en train de mettre en place avec l’aide des collectivités locales parce que effectivement dans les zones rurales , cela se passe beaucoup avec les départements, les régions et les intercommunalités, chacun a sa propre stratégie numérique à laquelle les opérateurs sont associés." En somme, des initiatives publiques et privées. 

Alors que des français sont toujours dans l’attente d’un accès au très haut débit et à la question « les collectivités territoriales et les opérateurs se renvoient-ils un peu la balle ? », le président de la FFT tente de rassurer : « Je ne crois pas, 2017 va être l’année du lancement du plus grand nombre de réseaux d’initiatives publiques dans les zones peu denses et rurales, il y a une vingtaine d’appels d’offres et le pays va être bientôt couvert de fibre, l’objectif de 2022 ne sera peut être pas respecté mais il y a vraiment un effort d’absolument colossal qui est fait avec les collectivités. Dans la réalité, tout cela se passe sous l’égide de l’Etat avec l’Agence du Numérique, avec l’Arcep et c’est une vraie coopération. »

Pour rappel et en théorie, le Plan France Très Haut Débit, lancé en février 2013, porte sur un investissement de près de 20 milliards d’euros, dont 3,3 milliards d’euros de l’Etat, pour déployer les infrastructures de l’Internet THD sur tout le territoire d’ici 2022 . Bilan actuel, au 31 décembre 2016, 50,6% du territoire avait accès au très haut débit.

A noter que ce plan a d’ailleurs été conçu en retenant que la fibre optique jusqu’à l’abonné représentera 80% des réseaux déployés en 2022.