Blackpills le service VOD pour mobile de Xavier Niel sera bien « freemium » et débarquera début avril

Blackpills le service VOD pour mobile de Xavier Niel sera bien « freemium » et débarquera début avril

Un lancement imminent pour la France et les Etats-Unis avec une offre freemium internationale, soit du gratuit en libre accès et du « haut de gamme », en accès payant. Précisions.

Vers une nouvelle tendance ? Le service de VOD pour mobile de Xavier Niel, Daniel Marhely, créateur de Deezer et Patrick Holzman (qui a été notamment directeur de Free Audiovisuel et de Canalplay) vise le marché des séries inédites au format court de 3 à 16 minutes par épisode sur mobiles et en ligne, à l’instar de Studio +. Néanmoins, Blackpills se démarque de son futur rival en proposant « un modèle freemium » comme Spotify , c’est à dire que les contenus seront disponibles en accès libre mais à lecture limitée, avec deux épisodes au choix donc gratuits quotidiennement. Le visionnage ne se fait qu’en streaming et des bannières publicitaires viendront interférer. En revanche, souscrire à un abonnement permettra à la fois de lire et de télécharger les séries sans publicité. A noter que cette offre payante devrait être lancée quelques semaines après celle gratuite d’après Satellimag et à « un prix agressif » aux dires de l’un de ses fondateurs Daniel Marhely.

Alors que les séries étaient d’abord pressenties pour être disponibles uniquement sur l’application Blackpills, ce dernier rendra accessible ses contenus sur une chaîne dédiée et déjà créée sur Vice Média avec qui il a signé un accord global qui permettra à la chaîne Blackpills d’être visible dans les 80 pays où Vice est présent.

Lancé en même temps début avril en France et aux Etats-Unis, Blackpills arrivera avant l’été au Canada et dans le reste de l’Europe, l’Asie attendra 2018. Alors qu’au minimum quatre séries sont prévues au lancement dont certaines réalisées par de grands noms comme Luc Besson, Zoé Cassavetes ou Bryan Singer, ce sont pas moins d’une cinquantaine de titres qui naîtront chaque année. Budget par série : de 300 000 à 3 millions d’euros et le public visé sera les 18-35 ans.

Enfin Blackpills semble être dans « une stratégie globale de construction d’une marque et d’un média », insiste Patrick Holzman qui par cette déclaration, admet une possibilité d’ouverture à du contenu écrit dans le futur.

Source : Satellimag