Orange : quels sont les potentiels candidats pour succéder à Stéphane Richard en 2018 ?

Orange : quels sont les potentiels candidats pour succéder à Stéphane Richard en 2018 ?

 

Si la campagne pour la direction de l’opérateur ne prendra place avant 2018, Le Figaro dresse déjà une liste de prétendants crédibles à la succession de Stéphane Richard qui pourrait lui briguer un troisième mandat.

 

A quinze mois de l’échéance sont notamment pressentis comme candidats, Nicolas Dufourcq, le DG de Bpifrance qui vient de rejoindre l’opérateur télécom en tant qu’administrateur et représentant de la banque publique d’investissement, un non-partisan du rachat l’année dernière de Bouygues Télécom par Orange. L’arrivée de ce dernier a d’ailleurs relancé les spéculations sur les successeurs au poste. Autre candidature plausible, celle d’ Alexandre Bompard, patron de la Fnac qui lors de sa nomination au conseil d’administration d’Orange en décembre dernier avait lui aussi été présenté comme un postulant sérieux. En interne, Pierre Louette, directeur délégué du groupe et le directeur financier, Ramon Fernandez (Chevalier de la Légion d’Honneur), auraient tous deux aussi une carte à jouer.

Sans oublier que Stéphane Richard pourrait lui aussi poursuivre l’aventure en briguant un troisième mandat, ce dernier « en a envie » selon une source proche du dossier, précise Le Figaro. Le PDG d’Orange peut mettre en avant un bilan positif, entre la gestion de la nouvelle concurrence, l’expansion du groupe en Afrique et sa volonté de consolidation du marché français ou encore le lancement d’Orange Bank qui en cas de succès renforcerait la légitimité de l’actuel patron du groupe dans ses fonctions.

Le quotidien français tempère toutefois dans ses lignes que Stéphane Richard est mis en examen dans l’affaire Tapie et que son « avenir est soumis au résultat de l’élection présidentielle », même si ce dernier sait composer avec des gouvernements de droite ou de gauche puisqu’il a été nommé sous l’ère Sarkozy et a rempilé sous la présidence de François Hollande.