CAILabs, en partie financée par Xavier Niel, booste la fibre sur les pistes de ski

CAILabs, en partie financée par Xavier Niel, booste la fibre sur les pistes de ski

Les Deux-Alpes

 

Depuis 2013, la start-up bretonne CAILabs a levé environ 3,5 millions d’euros auprès de Kima Ventures le fonds de Xavier Niel mais aussi d’Innovacom, de bpifrance et de Starquest. Une jeune pousse aux quelques faits d’armes comme la modernisation du réseau fibre optique en haute montagne. La station des Deux-Alpes tire en effet parti depuis cet hiver de sa technologie unique au monde.

 

Comme le rapporte Les Echos, alors que la 4G et le très haut débit investissent de plus en plus les pistes, les vacanciers et professionnels des Deux-Alpes en Isère vont cet hier pouvoir profiter d’une optimisation de la fibre grâce à l’utilisation d’une technologie inventée par CAILABS qui ne nécessite pratiquement pas de travaux. Celle-ci consiste à installer un boitier de multiplexage nommé Aroona, entre le routeur et la fibre, cela permet un meilleur signal lumineux et booste ainsi la puissance de la fibre optique, la vitesse de circulation des données est alors jusqu’à 400 fois plus rapide.

« En prise directe aux besoins croissants de bande passante, la station exploite en altitude un réseau réparti sur l’ensemble du domaine skiable reposant principalement sur des liaisons hertziennes. Cependant la station a fait face à une limitation de débit sur certaines de ses longues liaisons optiques qui impacte tout le trafic vers la station. Ces fibres optiques multimodes de type OM1, déployées en 1999 le long de certaines remontées mécaniques constituent aujourd’hui des goulets d’étranglement et ne permettent pas de déployer de nouveaux services numériques », explique un communiqué. Pour résoudre ce problème, la station Les Deux Alpes a donc opté pour la solution innovante Aroona de CAILabs, qui permet de recycler une infrastructure multimode existante en augmentant ses performances pour transporter du très haut débit. 

Un premier co-déploiement en collaboration avec Alp’com, spécialiste des infrastructures de câblage, qui permettra sans doute à l’avenir de rénover les fibres présentes sous les remontées mécaniques de nombreuses autres stations puisqu’il permet « d’apporter de la connectivité en haut des pistes et d’installer des hotspots WiFi dans les restaurants d’altitude, d’implanter des dispositifs de vidéosurveillance et des affichages dynamiques le long des pistes ou encore de louer de la bande passante à des opérateurs pour qu’ils puissent installer des relais 4G ».