L’ARCEP s’inquiète que l’intérêt des opérateurs pour les médias ne soit un frein pour les investissements dans la 4G et la fibre

L’ARCEP s’inquiète que l’intérêt des opérateurs pour les médias ne soit un frein pour les investissements dans la 4G et la fibre

Pour l’ARCEP, le régulateur des télécoms, la convergence entre les télécoms et les médias menace les réseaux, comme le note La Tribune. Ainsi, dans une interview de dimanche accordée au Financial Times, Sébastien Soriano, le président de l’ARCEP, s’inquiète que l’intérêt de SFR ou Orange pour les médias ne freine les investissements dans la 4G et la fibre. 

En effet, après avoir montré vouloir réguler Orange dans la fibre, Sébastien Soriano critique les ambitions des opérateurs dans les contenus. Il considère que l’enrichissement des catalogues de films, de séries ou d’événements sportifs pourrait nuire aux investissements dans l’internet à très haut débit, donc les réseaux 4G et la fibre optique. "Si les opérateurs de télécommunications investissent dans les contenus, il y a un grand risque que cela nuise aux développements des réseaux."

"Je préférerai que les opérateurs affichent clairement leur souhait d’investir"

Une annonce qui vise surtout SFR qui a fait de la convergence entre médias et télécoms l’atout principal pour séduire de nouveau ses clients. Ainsi, l’opérateur étoffe son offre de journaux, de chaînes de télévision, de cinéma et de divertissement ou même de sport. L’opérateur devient aussi concurrent de Canal + et BeIn Sports. 

Du côté d’Orange, l’opérateur s’intéresse beaucoup à Canal +, comme il l’a laissé entendre en décembre : "si demain matin, Canal + était à vendre, c’est certain qu’Orange s’y intéresserait. Évidemment"

Sébastien Soriano attend donc qu’Orange et SFR lui disent que les réseaux sont leur priorité. "Je préférerai que les opérateurs affichent clairement leur souhait d’investir dans la fibre, dans la 4G, dans la 5G, plutôt que d’évoquer en permanence les contenus".

SFR affirme investir désormais beaucoup dans les réseaux

Et d’ailleurs, ces opérateurs ont communiqué sur ce sujet. Du côté d’Orange, on a indiqué travailler avec Ericsson pour développer la 5G, comme nous vous en avons parlé il y a quelques jours. Concernant SFR, l’opérateur affirme investir désormais beaucoup dans les réseaux. Les deux opérateurs ont précisé souhaiter faire davantage dans la fibre. 

Le patron de l’ARCEP se bat donc pour que les opérateurs se différencient par leurs réseaux plutôt que par leurs portefeuilles de contenus. Le régulateur craint qu’il y ait naissance d’un duopole si deux opérateurs "s’engagent dans une stratégie de différenciation par les médias". Les duopoles étant "difficiles à réglementer", Sébastien Soriano veut que les opérateurs "en restent là".