L’antenne relais Free Mobile installée sur un toit à Trappes inquiète les parents, mais satisfait les abonnés de l’opérateur

L’antenne relais Free Mobile installée sur un toit à Trappes inquiète les parents, mais satisfait les abonnés de l’opérateur

Une nouvelle antenne relais Free Mobile, installée à proximité des écoles Sainte-Marie et Jaurès, inquiète les parents d’élèves à Trappes dans les Yvelines. Cependant, une antenne SFR est déjà présente sur le toit du même immeuble, comme le souligne 78actu

"Nous n’avons pas délivré d’autorisation"

Le dossier d’information de Free a été déposé en mairie en avril dernier. La Ville a dû donner son avis, mais a précisé que "comme pour toutes les implantations d’antennes dans la ville, nous n’avons pas délivré d’autorisation. C’est le propriétaire qui l’a fait". Et pourtant, celle-ci se situe sur le toit terrasse de la résidence de la mairie, rue Carnot. 

Le conseiller municipal d’opposition Luc Miserey (PCF) a indiqué ces craintes : "cette antenne est située à équidistance des écoles Jaurès et Sainte-Marie. La mairie aurait pu proposer d’autres sites plus éloignés. La redevance perçue par cette résidence privée aurait ainsi pu être versée à la municipalité". 

Une des parents d’élèves confie "je demanderai à mon mari qui travaille dans la téléphonie … Mais j’imagine que ce n’est pas l’idéal". Un autre parent déclare que "si cette antenne émet des ondes électromagnétiques, je trouve cela plutôt inquiétant. Ils auraient pu choisir un autre emplacement".

"Nous avons appliqué toute l’attention à ce que notre projet minimise le champ de cette antenne" 

Mais d’autres habitants du quartier sont plus philosophes et y voient un intérêt personnel. "Je suis abonnée chez Free. Donc si c’est eux ça m’intéresse, car je ne capte pas toujours bien"

Il y a quelques années, la Ville avait lancé une procédure contre un opérateur qui voulait s’installer sur le toit d’un immeuble mais elle avait été déboutée en justice. Cette démarche demande, à celui qui la conduit, de prouver le caractère nocif de ces installations. 

Du côté de Free, on indique que "nous avons demandé une autorisation auprès de l’ANFR. Celle-ci est ou sera bientôt sur le site www.cartoradio.fr de l’ANFR. Cette autorisation montre que nous avons appliqué toute l’attention possible à ce que notre projet minimise le champ de cette antenne dans les écoles situées à proximité".