France 3 se réorganise et double le temps d’antenne dans les régions d’ici à 2020

France 3 se réorganise et double le temps d’antenne dans les régions d’ici à 2020

France 3 veut doubler le temps d’antenne des régions d’ici à 2020, mais aussi réorganiser en 13 régions son réseau, afin de renforcer son positionnement en tant que chaîne de proximité, comme en fait part Les Echos.

"On veut faire monter en puissance nos programmes régionaux, l’objectif est de doubler l’offre régionale d’ici à 2020 et de donner davantage de visibilité aux régions sur l’antenne et le numérique", résume Yannick Letranchant, directeur délégué de France 3 en charge du réseau régional. 

"On réfléchit à faire monter de nouvelles émissions sur des cases différentes"

Et cette ambition passe par tous les genres. Connue pour ses journaux télévisés, France 3 veut accentuer la diffusion de fictions, magazines et documentaires. Elle a donc mis en place un programme économique régional mensuel, "In Situ", "et on réfléchit à faire monter de nouvelles émissions sur des cases différentes", annonce Yannick Letranchant.

Ainsi, dès janvier, la tranche horaire du mercredi matin sera dédiée à une offre régionale pour des documentaires et les magazines, à la place des programmes jeunesse. France 3 aimerait aussi proposer plus de décrochages lors d’événements spéciaux, et donne l’exemple d’un récent documentaire en prime time sur les inondations dans la région Nice Cannes d’il y a un an, qui a été vu en PACA, mais pendant lequel les autres régions avaient le programme habituel.

Chaque région diffuse en moyenne 19 heures de contenus par semaine, qui sont vu par 10 millions de téléspectateurs. Ceci devrait passer à 30 heures fin 2017. 

Passer de 4 grands pôles à 13 régions-territoires, dès janvier

Il y aura également une réorganisation, pour passer de 4 grands pôles à 13 régions-territoires, dès janvier. "L’objectif est d’être plus efficient, en plus d’une réforme éditoriale et digitale plus large, explique Yannick Letranchant. On voulait notamment supprimer des strates pour plus de fluidité, d’autonomie." Il n’y aura donc plus quatre directeurs de pôles mais 13 directeurs régionaux. Cependant, 24 rédactions demeurent. 

Le plan de réorganisation présenté en comité d’entreprise extraordinaire et les représentants du personnel ont rendu un avis négatif. "C’est un projet politique. Or, à six mois d’une probable alternance, la future majorité n’a pas caché son intention de revoir le découpage actuel en "retaillant" dans des régions jugées trop importantes", précise cet avis