Samsung Electronics bientôt partagé en deux

Samsung Electronics bientôt partagé en deux

Samsung Electronics pourrait bientôt être partagé en deux entités, comme l’a annoncé le groupe mardi. Actuellement, celui-ci est sous pression pour revoir son style de gouvernance dans une période cruciale de transition générationnelle au sommet, comme le rapporte l’Expansion l’Express

Pour le moment Samsung est dans une période de transmission du pouvoir en douceur, pour être pris en main par Lee Jae-Yong, vice-président et héritier du patriarche Lee Kun-Hee. Il espère limiter la casse après les problèmes rencontrés avec le Note 7. 

Partager Samsung entre une société de holding et une unité opérationnelle

Le projet serait donc de partager Samsung entre une société de holding et une unité opérationnelle. Il faudrait cependant six mois pour étudier cette éventualité. Le groupe a également annoncé augmenter les dividendes versés aux actionnaires à plus de 4.000 milliards de wons (3.4 milliards de dollars) cette année, soit une hausse de 30 % en un an. 

De son côté, le fonds d’investissement américain Elliott Management, actionnaire minoritaire, qui détient environ 0.62 % du capital de Samsung, et activiste, veut une meilleure gouvernance pour Samsung. Le fonds continue de mettre la pression et espère des changements plus importants à l’issue de l’examen de la structure de l’entreprise. 

Elliott Management aimerait que Samsung Electronics se partage en deux, partageant les activités financières et les opérations industrielles. Il souhaiterait aussi que le groupe entre à la Bourse de New York et verse aussi aux actionnaires un dividende exceptionnel de 30.000 milliards de wons, soit 26 milliards de dollars. 

Le scandale politique qui touche Samsung pourrait entraîner un retard

Et Lee Sang-Hun, analyste chez Hi Investment & Securities, déclare que "Samsung répond à une volonté ferme de voir restructuré son mode de gouvernance". Cette opération pourrait être menée à bien en mai ou juin 2017. Cependant le scandale politique de trafic d’influence qui touche la présidente Park Guen-Hye, actuellement prête à démissionner, et qui implique aussi Samsung, pourrait entraîner un retard. 

La confidente de l’ombre de Mme Park, aurait extorqué des sommes d’argent importantes à des conglomérats comme Samsung, et la présidente serait complice. Samsung a versé 20 milliards de wons et aurait également versé des millions à Mme Choi pour financer la formation équestre de sa fille en Allemagne. 

Depuis le début du scandale, des perquisitions ont eu lieu à Samsung Electronics et des hauts cadres et dirigeants ont été entendus. Le parquet veut maintenant savoir si Samsung a soudoyé Mme Choy pour avoir son accord pour une fusion en 2015.