Xavier Niel ne s’inquiète pas, “nous serons très attentifs à créer en Italie quelque chose de différent de ce qui existe déjà”

Xavier Niel ne s’inquiète pas, “nous serons très attentifs à créer en Italie quelque chose de différent de ce qui existe déjà”

Xavier Niel, le propriétaire d’Iliad, maison-mère de Free, s’est dit non inquiet de la faiblesse des prix pratiqués en Italie, lors d’une conférence de Morgan Stanley à Barcelone, jeudi, comme le rapporte dans ses lignes le site Les Echos

En effet, le revenu moyen par utilisateur est bas dans le pays mais Xavier Niel déclare, qu’"il reste une marge de manoeuvre pour gagner de l’argent".
 
Cependant, depuis quelques années, les groupes italiens ont vu leurs marges diminuer, à cause d’une augmentation de la concurrence et de la baisse des prix. 


450 millions de dollars pour des fréquences mobiles et des infrastructures
 
Les concurrents et les analystes se sont donc posé la question de savoir comment Iliad allait réussir à proposer des prix encore inférieurs. Et pour Flavio Cattaneo, DG de Telecom Italia, "nous avons déjà "un Free" en Italie, il s’appelle Hutch".
 
C’est pourtant en juillet qu’Iliad a fait le choix d’acquérir des actifs de CK Hutchison Holdings et de Vimpelcom, pour devenir le quatrième opérateur de la botte. Iliad doit donc débourser 450 millions de dollars pour des fréquences mobiles et des infrastructures. Le groupe bénéficie également d’un accord d’itinérance pour 5 ans.
 
Même si Xavier Niel refuse de donner des détails sur sa stratégie commerciale en Italie, il tient à affirmer que "nous serons très attentifs à créer en Italie quelque chose de différent de ce qui existe déjà".