Google répond à Bruxelles à propos d’Android

Google répond à Bruxelles à propos d’Android

Google a apporté une réponse à Bruxelles, suite à l’accusation de la Commission européenne concernant un abus de position dominante avec son système d’exploitation mobile Android, datant du 20 avril, comme l’indique La Tribune

Dans une "communication des griefs", étape préliminaire qui demande une réponse avant que Bruxelles ne se prononce définitivement, la Commission dénonçait le système Android de Google. 

Et cette réponse est arrivée le 10 novembre. Google tient à préciser que "Android ne nuit pas à la concurrence mais l’élargit". Le système d’exploitation, pour Google, agit en faveur de la concurrence et des utilisateurs. 

87.5 % du marché est occupé par des smartphones utilisant le système Android

Kent Walker, vice-président de la multinationale américaine se défend en indiquant que "en 2007, nous avons lancé Android, un système d’exploitation disponible gratuitement et au format open source. Les smartphones étaient alors à la fois rares et chers. Nous souhaitions changer cela – tout en stimulant l’innovation et en offrant plus de choix aux utilisateurs – et notre démarche a porté ses fruits".

Aujourd’hui, 87.5 % du marché au 3ème trimestre est occupé par des smartphones utilisant le système d’exploitation Android. Apple n’en occupe que 12.1 %. 

Si la mise en accusation formelle devient effective, elle pourrait se traduire par une amende allant jusqu’à 10 % de son chiffre d’affaires mondial, soit 7.4 milliards de dollars. 

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager avait quant à elle déclaré, "nous craignons que Google ait coupé l’un des principaux moyens dont disposent les nouvelles applications pour se faire connaître des consommateurs."