L’UFC Que Choisir dénonce le lobbying des opérateurs, notamment en France, pour perturber la fin des frais d’itinérance en Europe

L’UFC Que Choisir dénonce le lobbying des opérateurs, notamment en France, pour perturber la fin des frais d’itinérance en Europe

 
La fin des frais d’itinérance en Europe est prévue pour juin 2017. Pour autant, certaine conditions et limitation doivent encore être discutées. Mais l’UFC Que Choisir assure que certains opérateurs intensifient actuellement leur lobbying afin de rendre la mesure difficilement applicable. L’association de consommateur dénonce ainsi « cette tentative et appelle particulièrement le Gouvernement français à faire primer l’intérêt des consommateurs sur ceux des opérateurs lors des ultimes négociations européennes. »
 
L’UFC Que Choisir rappelle qu’après "une succession de promesses et d’intolérables volte-face, le règlement européen 2120/2015 a enfin programmé la fin des frais d’itinérance pour le 15 juin 2017… mais sous certaines conditions devant être définies et mises en place par les différentes institutions européennes. Or, dans la dernière ligne droite des négociations, la situation est loin d’être rassurante tant les flous persistent. La promesse de la fin des frais d’itinérance pourrait une nouvelle fois ne pas être tenue"
 
Selon les informations de l’association de consommateur « les gouvernements des pays qui bénéficient le plus du tourisme européen (France, Espagne, Italie…) sont en trains d’être convertis par certains de leurs différents opérateurs nationaux à l’idée de plaider pour des frais de gros les plus élevés possibles. Ceci aurait pour conséquence de rendre non seulement difficile la situation économique des plus petits opérateurs, mais en permettrait à l’ensemble des opérateurs de ne pas appliquer la fin des frais d’itinérance en continuant à facturer l’utilisation du mobile à l’étranger. Autrement dit, les opérateurs font du lobbying à tout crin pour sciemment dissocier les frais de gros des coûts réels qu’ils supportent afin de continuer à bénéficier de marges importantes sur le dos des consommateurs »