Avant le passage de i-Télé à CNews et l’annonce de la nouvelle grille, la chaîne doit faire face à l’arrivée controversée de Morandini et aux doutes des salariés grévistes sur l’avenir de la chaîne

Avant le passage de i-Télé à CNews et l’annonce de la nouvelle grille, la chaîne doit faire face à l’arrivée controversée de Morandini et aux doutes des salariés grévistes sur l’avenir de la chaîne

La grève chez i-Télé, qui a commencé lundi, est reconduite ce jeudi avec 86 % de votes pour. Un conflit non résolu, même suite à la rencontre entre la direction et la rédaction qui a eu lieu mercredi, et dont Le Monde fait part. Les grévistes ont même pu compter sur le soutien d’une centaine de personnes devant le siège de Boulogne Billancourt, dont Benoît Hamon, Roselyne Bachelot et Stéphane Guillon notamment. 

Les deux principales questions que se posent les salariés concernent les raisons de la présence de Jean-Marc Morandini à l’antenne, mais également l’avenir de la chaîne. Pour Guillaume Auda, grand reporter pour i-Télé, "c’est un combat pour toute la profession".

L’assemblée générale, a vu des pleurs, mais de la colère aussi. La direction est ainsi jugée agressive ou incompétente. Maxime Saada, directeur général du Groupe Canal +, a confié sans complexe qu’il s’intéressait à la nouvelle grille seulement depuis la veille. Une grille qui devrait être connue lundi, le même jour que le changement de nom de i-Télé à CNews. 

"Je ne sais pas où vous avez appris votre métier"

Le directeur de la chaîne, Serge Nedjar, n’est pas mieux en ayant confié : "c’est vrai, il y en a parmi vous que je n’aime pas", "je ne sais pas de quoi (charte éthique) on parle", "je ne sais pas où vous avez appris votre métier". Il a également annoncé qu’il serait directeur de la rédaction de CNews en plus d’être patron de la chaîne.

De son côté, Maxime Saada a reconnu une perte de temps concernant i-Télé de la part de Canal +. Il ajoute même, comme le partage Le Monde, que Vincent Bolloré n’envisage pas de vendre i-Télé. La chaîne continuera donc toujours à faire de l’information en continu, mais va également se renforcer dans la culture, le cinéma, le sport et l’international. 

Concernant Morandini, Maxime Saada a confirmé qu’il resterait présent dans la grille sur décision de Vincent Bolloré, même après ses déboires judiciaires qui ne sont pas terminés. (l’animateur a été mis en examen "corruption de mineurs aggravée"). Cependant son émission est décalée de 18h à 9h. 

"Trouver enfin une voie de sortie"

Cette présence a suscité des réactions hostiles et des annonceurs ne souhaitent plus être associés à l’émission de Jean-Marc Morandini. Les pertes sont estimées à 120.000 euros de recettes par jour depuis le début de la semaine. Concernant Eric Zemmour et les frères Bogdanov, Serge Nedjar confie que "ce ne sont que deux pistes parmi des dizaines"

Dans une lettre qui a été rendue publique et que le Monde reprend partiellement, les salariés ont demandé "la réunion en urgence d’une commission de conciliation rassemblant la direction et les organisations syndicales afin de trouver enfin une voie de sortie".

L’objectif est de clarifier les conditions de départ, car les journalistes ne souhaitent pas prendre la décision de partir avant de connaître la nouvelle grille. Jean-Christophe Thiery, président du groupe Canal +, avait écrit vendredi reconnaître "le droit de rupture de votre contrat de travail au titre de l’activation de la clause de conscience".