Canal + et SFR : une rivalité croissante dans les contenus

Canal + et SFR : une rivalité croissante dans les contenus

Canal + et SFR continuent de rivaliser en se donnant la réplique dans les contenus. Et cette rivalité prend de plus en plus d’importance, comme le rapporte Les Echos. En effet, Canal + a dernièrement annoncé la refonte de ses offres d’abonnement et a également lancé une offensive commerciale avec le bouquet CanalSat. Des actions qui font face à l’arrivée de SFR dans les contenus.

Et pour cause. L’opérateur de Patrick Drahi veut concurrencer le Canal + de Vincent Bolloré. Il a notamment racheté les droits de la Premier League de football, que détenait Canal +. SFR a également pris une minorité de blocage dans NextRadioTV, maison mère de BFM TV, qui est la première chaîne d’info en France, devant i-Télé, propriété de Canal +. SFR se lance également dans la production de séries. 

Ainsi avec le sport, l’information et le divertissement, SFR se lance dans les trois domaines de prédilection de Canal +. 

Pour SFR, c’est un acte désespéré

Mais Canal + ne se laisse pas faire en lançant ses nouvelles offres tarifaires et en ayant passé des accords avec Free et Orange, les concurrents de SFR. Pour l’opérateur au carré rouge, c’est un acte désespéré. SFR estime en effet que ses concurrents devront également investir directement dans les contenus afin de pouvoir se différencier. 

Pour SFR, les contenus exclusifs doivent permettre de recruter et fidéliser les abonnés. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a lancé SFR Sports, SFR News et lancera bientôt SFR Paris. 

Du côté de Canal +, on estime que les opérateurs vont se concentrer sur leur métier de base et acheter du contenu à des spécialistes. 

Une double menace

Cependant, pour SFR, la stratégie mise en place par Canal + est une double menace. En effet, au moment de se différencier avec des contenus, SFR voit ses concurrents enrichir leur offre télé sans pour autant que la facture de leurs clients n’explose. De plus, en comptant sur les opérateurs, Canal + va pouvoir amortir ses investissements dans les contenus sur une base plus large que celle de SFR. 

SFR pourrait donc chercher à mutualiser une partie de ses investissements dans les contenus avec les alliés internationaux d’Altice. Il pourrait également postuler pour les droits de la Ligue 1, qui sont actuellement aux mains de Canal +, et BeIN. Enfin, les moyens d’un opérateur sont plus importants que ceux d’un groupe audiovisuel, par conséquent, Canal + pourrait devoir, de son côté, se rapprocher d’un opérateur pour augmenter sa puissance.