M. Lombardini (Free) détaille les projets et investissements dans la fibre et le mobile

M. Lombardini (Free) détaille les projets et investissements dans la fibre et le mobile

Invité hier par les députés à expliquer la stratégie de Free, Maxime Lombardini a tiré le bilan actuel du déploiement fixe et mobile et s’est projeté dans l’avenir.
 
Concernant la fibre, le directeur général de Free a annoncé avoir entamé des négociations avec 2 opérateurs RIP importants, ce qui permettra à Free d’arriver dans les prochains mois sur ces Réseaux d’Initiative Publique FTTH. Il a précisé que le GIE FTTH qui va être mis en place, c’est-à-dire une plateforme de commande unique pour les RIP, était une très bonne chose et va faciliter l’arrivée des opérateurs ;
 
Sur les zones moyennement denses, Maxime Lombardini a indiqué « On est co-investisseur avec Orange sur les zones AMII de façon systématique ». Enfin, sur les zones denses, il a été indiqué que Free investissait massivement, sans plus de précision sur les délais.
 
Maxime Lombardini a insisté sur le fait qu’Orange était en train de profiter de la fibre pour remonopoliser. Celui-ci possède « 70% de part de marché sur la fibre et ce n’est pas que grâce à son talent » a-t-il indiqué. Et de précisé qu’Orange bénéficie d’avantages structurels puisqu’il avait accès aux fourreaux jusqu’en 2009 alors que les autres opérateurs devaient creuser des tranchées et passer par les égouts pour amener la fibre dans les zones denses. Par ailleurs le point de mutualisation se trouve dans l’immeuble, alors que c’est plus compliqué pour les alternatifs que pour Orange de rentrer dans les 65 000 immeubles de Paris.
 
Concernant les investissements dans la fibre, Maxime Lombardini estime que ceux d’Orange « ne sont pas extraordinaires ». Et d’expliquer que l’opérateur historique va investir 550 à 600 millions d’euros dans la fibre en 2016, pour un chiffre d’affaires de 20 milliards d’euros. Pour comparaison, il annonce que Free investit 350 millions d’euros par an dans la fibre, pour un chiffre d’affaires de 4,4 milliards d’euros. Le directeur Général d’Iliad a également précisé que « Free reverse plus au titre du dégroupage à Orange que ce qu’Orange investit dans la fibre »
 
Enfin, toujours sur le fixe, mais sur le réseau cuivre cette fois, Maxime Lombardini a indiqué que Free est l’opérateur qui a le plus dégroupé de répartiteurs, avec 8500 NRA dégroupés. SFR a dégroupé 7200 NRA et Bouygues Télécom moins de 2000 répartiteurs en propre.
 
 
Le déploiement du mobile
 
Maxime Lombardini a également tiré un bilan concernant le déploiement mobile en indiquant que Free est l’opérateur qui a déployé le plus vite son réseau 3G. Il a assuré que l’itinérance n’était pas un avantage concurrentiel, mais une obligation pour pouvoir avoir un 4ème opérateur, alors que le réseau des autres opérateurs couvrait déjà 99% de la population. De plus, l’itinérance coûte à Free des centaines de millions d’euros. Il s’est également étonné que l’accord d’itinérance Free-Orange fasse tant débat alors que SFR et Bouygues Télécom ont signé un accord d’itinérance 4G qui ne fait pas débat.
 
Maxime Lombardini a rappelé que déployer un réseau mobile prend du temps et qu’aujourd’hui Free couvre 84% de la population en 3G et 65% en 4G. "En 4G Free fait mieux que SFR qui est la depuis 20 ans". Il également assuré que l’’arrivée du quatrième opérateur a fait progresser rapidement la 4G alors que le 3G avait mis du temps à être déployée