La bataille s’accentue autour du rachat des éditeurs de jeux Gameloft et Ubisoft par Vivendi

L’éditeur de jeux Gameloft, qui propose notamment des jeux pour la Freebox Révolution, est une des proies que veut s’offrir Vivendi. Mais l’éditeur ne veut pas se laisser faire et a rejeté le 18 février à l’unanimité l’OPA hostile lancée par Vivendi pour acquérir la totalité du capital. Vivendi avait en effet a annoncé dans la journée son intention de lancer une offre publique d’achat proposée pour les titres Gameloft au prix de 6 € par action.
 
Vivendi a répliqué lundi soir en annonçant qu’il avait décidé d’augmenter le prix de son projet d’offre publique pour les actions Gameloft à 7,20 € par action. 
 
S’attaquer à Gameloft pour s’offrir Ubisoft
 
Parallèlement au raid sur Gameloft, Vivendi a annoncé également hier soir qu’il était déjà « le déjà premier actionnaire en capital d’Ubisoft » et a déclaré avoir franchi le 23 février le seuil légal des 15 % et détenir 15,66 % du capital de la société de jeux vidéo. Il semble donc que Vivendi annonce vouloir acheter Gameloft mais souhaite également s’offrir Ubisoft, le 3ème éditeur mondial de jeux vidéo, qui appartient également à la famille Guillemot, comme Gameloft