Bouygues Télécom confirme à demi-mot que la facturation du hors forfait a bien pour but de taxer les abonnés

Bouygues Télécom confirme à demi-mot que la facturation du hors forfait a bien pour but de taxer les abonnés

 
Depuis le 15 février, Bouygues Télécom a changé sa politique de fair use. Depuis cette date, les abonnés ne sont plus en débit réduit au-delà de leur quota de data, mais payent pour la consommation hors forfait (0,01€/Mo en France métropolitaine et 0,06€/Mo en Europe/DOM par palier de 1Go). Et même s’il est possible de bloquer son forfait depuis son espace abonné, le forfait est débloqué par défaut, ce qui peut entraîner de lourdes surfacturations pour les abonnés qui ne seraient pas au courant.
 
Bouygues Télécom affirmait que cette nouvelle politique de facturation au delà du quota de data était un service rendu aux abonnés, qui peuvent avoir le choix entre continuer à payer les Mo au delà du forfait, ou bloquer totalement la data une fois le faire use utilisé (si bien sur l’abonné est au courant qu’il peut bloquer son forfait).
 
Pour autant, personne n’a été vraiment dupe, et comme beaucoup l’ont fait remarquer sur les réseaux sociaux et les forums, si c’était réellement un service supplémentaire rendu aux abonnés, le forfait aurait été bloqué par défaut et non débloqué par défaut.
 
 
Et c’est bien ce que confirme le slide, sur la page intitulée "Valorisation de la data" (un titre qui annonce déjà la couleur), publié par Bouygues ce matin à l’occasion de la publication des résultats. Il est ainsi expliqué que 30% de leurs clients 4G atteignent le plafond de leur forfait Sensation 3Go, alors qu’il n’était que 25% un an auparavant. Idem pour la vente de recharges qui a explosé passant de 160 000 fin 2014 à 500 000 fin 2015. Conclusion  : « A compter de février 2016, facturation des Mo er dépassement du forfait data pour les clients qui n’auront pas acheté une recharge ou opté le blocage de leur forfait ». Il s’agit donc bien de monétiser les dépassements ou vendre de recharge et donc de faire payer davantage les abonnés.