Apple ne souhaite pas que le gouvernement américain puisse déchiffrer ses iPhones

Apple ne souhaite pas que le gouvernement américain puisse déchiffrer ses iPhones
 
 
La bataille autour du chiffrement des iPhones ne fait, apparemment, que commencer. Suite à une plainte du FBI contre la firme de cupertino, au motif que l’entreprise américaine n’a pas voulu aider les autorités à accéder au contenu du smartphone d’un des auteurs de l’attaque de San Bernardino (Californie), Apple a décidé de contester sa mise en demeure de débloquer l’iPhone 5C prononcé cette semaine par un tribunal fédéral américain :
 
« Nous sommes obligés de résister face à ce que nous considérons être un abus de pouvoir de la part du gouvernement américain » affirme son PDG, Tim Cook. « Le gouvernement pourrait intercepter vos messages, regarder vos comptes bancaires et vos bilans de santé, et même accéder au micro et à la caméra de votre téléphone, sans que vous le sachiez »
 
Le journal Les Échos explique que, concrètement, Apple refuse de mettre en place des backdoors (portes dérobées) au sein d’iOS afin que personne ne puisse pénétrer dans le système d’exploitation du smartphone. Une décision soutenue récemment par le PDG de Google, Sundar Pichai, qui affirme sur Twitter que « nous construisons des produits sécurisés pour protéger vos informations et nous permettons l’accès aux données lorsque la demande s’appuie sur un ordre légal (…) Mais il est tout à fait différent de demander aux entreprises de pirater des produits et données des consommateurs. Cela pourrait créer un précédent inquiétant ».
 
Le bras de fer est maintenant engagé entre les autorités américaines et Apple, et vu les réactions qu’il suscite dans le monde politique et économique, il n’est apparemment pas prêt de se terminer.