Le DG du groupe L’Équipe pense qu’il reste « une place à prendre » sur le marché des droits sportifs télévisuels

Le DG du groupe L’Équipe pense qu’il reste « une place à prendre » sur le marché des droits sportifs télévisuels
 
Cyril Linette, le directeur général du groupe L’Équipe, s’est exprimé dans une interview au Figaro afin d’expliquer la stratégie de sa chaîne, L’Équipe 21, que ce dernier souhaite renommer en L’Équipe. Le directeur explique également les raisons de l’ouverture d’un plan social pour la chaîne télévisuelle :
 
« La télévision doit, elle, être le lieu du spectacle et non du tout-info, comme la chaîne avait été conçue à l’origine. La seconde raison est financière. L’Équipe 21 accuse de lourdes pertes, de l’ordre de 20 millions d’euros par an. Au rythme actuel, la chaîne ne sera pas rentable avant 20 ans. Nous devons donc la réorganiser et la recentrer sur les événements sportifs, avec toujours, quand il le faut, le rebond sur l’actualité » explique Cyril Linette. « L’Équipe 21 compte actuellement environ 200 personnes, avec un usage intensif de pigistes et d’intermittents. Nous allons limiter leur nombre. Les CDI passeraient, eux, de 68 à 75. »
 
En tout, le Plan de Sauvegarde l’Emploi (PSE) entamé par la chaîne prévoit la suppression d’une centaine de postes d’ici à l’été : « Il s’agit surtout de limiter l’usage des intermittents » avoue Cyril Linette.
 
Le directeur général du groupe L’Équipe affirme également que le marché des droits sportifs à la télévision, bien que très disputé actuellement, n’est pas si bouché que ça : « Bien sûr, L’Équipe 21 n’a pas vocation à diffuser la Ligue des champions, mais nos spectateurs sont heureux de suivre le volley, le biathlon, le basket… Les fédérations des sports intermédiaires se rendent également compte de l’importance d’une diffusion sur une chaîne gratuite afin de toucher le plus large public, recruter de nouveaux licenciés et séduire des sponsors. Il y a donc une place à prendre, même si elle n’est pas facile à construire ».