Mariage Bouygues/Orange : les opérateurs virtuels pourraient en sortir gagnants

Mariage Bouygues/Orange : les opérateurs virtuels pourraient en sortir gagnants
 
 
Le potentiel rachat de Bouygues Télécom par Orange pourrait bénéficier à des acteurs connus mais peu cités sur le marché des télécoms : les MVNO (opérateurs mobiles virtuels). Pour rappel, un opérateur mobile virtuel ne possède pas de réseaux propres et est obligé de contracter des accords avec les opérateurs télécoms qui en possèdent un afin de pouvoir exister et exercer son activité.
 
Les MVNO pourraient tirer leurs épingles du jeu grâce à la fin de la guerre des promotions entre les principaux acteurs du marché. En effet, les différentes promotions, notamment dans la période de Noel, ont rendu la situation très difficile pour les opérateurs mobiles, qui subissent des coûts variables selon les périodes, et qui sont obligés de se replacer sans arrêt en matière de prix face à la concurrence : « Personne ne s’est posé la question de la survie des MVNO depuis l’arrivée de Free », regrette David Charles, président de Prixtel, intérrogé par l’AFP. « Avec la consolidation, on va revenir à la situation de départ avec trois opérateurs sauf qu’entretemps, on aura sacrifié les MVNO ».
 
Et pourtant, d’après certains spécialistes, les grands gagnants du mariage entre Bouygues Télécom et Orange seront bien les opérateurs virtuels : « Pour les généralistes, les MVNO pourraient profiter dans un premier temps d’un report de ventes en leur faveur. Dans un second temps, avec une reprise de l’investissement des gros, cela aura un effet induit positif également, avec une meilleure qualité réseau qui s’appliquera aussi à eux » affirme Thomas Coudry, analyste spécialiste des télécoms chez Bryan, Garnier & Co.
Un autre expert, en revanche, explique que ce développement des MVNO restera marginal : « S’il y a moins d’intensité concurrentielle, cela pourrait ouvrir une fenêtre aux MVNO pour se développer un peu plus, mais cela restera assez marginal dans la mesure où Free restera un acteur majeur du marché dans l’entrée de gamme », explique Sylvain Chevallier, spécialiste des télécoms et associé chez BearingPoint.