Des associations d’élus demandent au gouvernement une « remise à plat » de la couverture des zones blanches par les opérateurs mobiles

Des associations d’élus demandent au gouvernement une « remise à plat » de la couverture des zones blanches par les opérateurs mobiles
 
 
Les associations d’élus des zones rurales et de montagne, qui n’ont pas participé aux négociations entre l’Etat et les opérateurs télécoms sur la couverture des zones blanches, ont décidé de porter réclamation au gouvernement sur deux points distincts :
 
« – la remise à plat du dispositif de couverture mobile des zones blanches (Identification des zones blanches et très mal couvertes, financement…), si nécessaire par voie législative
– l’ouverture, début 2016, d’une concertation avec l’État puis d’une négociation tripartite entre l’État, les quatre opérateurs mobiles et les associations nationales d’élus, portant sur la mise en œuvre concrète d’un programme de couverture mobile voix et services (à très haut débit) des zones rurales et de montagne »
 
Les associations d’élus affirment que les dépenses prévues pour le passage des zones rurales et de montagne en haut débit est trop important et que « ce type d’investissement dépassant souvent très largement 100 000 euros ne pourra pas être supporté par les 238 communes identifiées à ce jour »