Dans une lettre ouverte, les syndicats de SFR s’inquiètent quant à la dette et les 2,5 milliards d’euros de dividendes versés aux actionnaires

Dans une lettre ouverte, les syndicats de SFR s’inquiètent quant à la dette et les 2,5 milliards d’euros de dividendes versés aux actionnaires

 
Le Syndicat CFE-CGC de SFR a une nouvelle fois fait entendre ce voix aujourd’hui en envoyant une lettre ouverte à Michel Combes, nouveau président du conseil d’administration de SFR Numéricable, et Eric Denoyer, son directeur général. 
 
Dans cette lettre, il est expliqué que « les salariés de NUMERICABLE-SFR assistent médusés aux parties de poker de Monsieur DRAHI, bien loin des difficultés quotidiennes auxquelles ils font face depuis de longs mois. Près de 50 milliards de dettes ont désormais été contractées. Cette frénésie d’achats a été rendue possible sans aucun problème pour ALTICE puisque les banques ont suivi les yeux fermés. »
 
Et de donner pour exemple des signent inquiétants pour le groupe, comme les difficultés pour trouver des investisseurs lors du rachat de l’opérateur de câble américain Cablevision, et l’abaissement de la notation de SFR-Numéricable par MOODY’S qui s’en est suivi.
 
« Une chose est certaine, ALTICE a besoin de Cash et SFR sera mis fortement à contribution. » indique le syndicat dans la lettre. Et de rappeler le versement d’un dividende exceptionnel de 2,5 Milliards d’euros, dont 1,6 milliards d’euros qui seront emprunté et 900 millions qui seront pris dans la trésorerie de SFR-Numéricable.
 
Cette situation fait bondir la CFE-CGC qui s’interroge : « Emprunter pour payer des dividendes, c’est vrai que c’est de la saine gestion ! Emprunter pour NUMERICABLE-SFR au moment où sa notation crédit est considérée comme très spéculative ne nous permettra pas d’accéder à des taux favorables comme vous l’indiquez. Au contraire, nous devrons payer des taux d’intérêts exorbitants, digne du crédit revolving et vous le savez parfaitement. Réemprunter alors que notre dette est déjà considérable, est dangereux pour notre avenir. SFR doit payer au prix fort les emplettes internationales d’ALTICE : qui est la fille et qui est le papa, M. DRAHI ? Où en est votre engagement d’avril 2014 de ne pas demander de dividendes afin de permettre à SFR de maintenir ses investissements et de rembourser la dette déjà contractée ? »
 
Face à ce versement de dividendes, la CFE-CGC suggère fortement à Michel Combes « un versement exceptionnel de 10.000€ pour les 15.800 salariés du Groupe NUMERICABLE-SFR, soit une enveloppe de 158 Millions. »
 
La lettre énumère ensuite les promesses déçus du nouveau propriétaire de SFR. Et d’expliquer : « Les salariés nous alertent sur vos méthodes pour cacher la vérité, à nous tous, salariés du Groupe NUMERICABLE-SFR. Oui, nous, les salariés, toujours trop nombreux et toujours trop payés aux yeux de M. DRAHI, comme il se plaît à le répéter à l’envie. Les salariés sont épuisés et démotivés. Toutes les directions et le management subissent une pression terrible, sans moyen, et font face jour après jour à de nouvelles difficultés sans voir le bout du tunnel. Vos engagements auprès des salariés n’ont pas été tenus, vos engagements auprès des autorités réglementaires et du gouvernement risquent de ne plus l’être »
 
Et de conclure : « Vouloir gagner des fortunes en construisant un grand Empire est sans doute un jeu excitant mais il vous donne aussi des responsabilités sociales. Les salariés, eux, ne sont pas là pour jouer. Ils attendent tout comme la CFE-CGC une réponse pour ce qui concerne le versement exceptionnel de 10 000 €. »