Free porte plainte contre un internaute ayant posté un commentaire sur Univers Freebox

Free porte plainte contre un internaute ayant posté un commentaire sur Univers Freebox

Même si on se sent souvent protégé derrière son écran, les commentaires postés sur Internet engagent son auteur. A Univers Freebox, nous avons déjà reçu plusieurs réquisitions judiciaires nous demandant de communiquer l’adresse IP de certains commentateurs contre qui des plaintes (individuelles) avaient été déposées. Vous pouvez voir à quoi cela ressemble sur cet article.
 
Mediapart (via Le Mondeapporte cette fois une information concernant un internaute qui a posté un commentaire sur Univers Freebox concernant les conditions de travail chez Mobipel, une filiale d’Iliad, qui est le centre d’appels dédié à Free Mobile. Des commentaires que Free a jugés diffamatoires et pour lequel l’opérateur a porté plainte. Le procès débute ce jour, le 15 octobre. Cette procédure arrive de temps en temps, et l’association Univers Freebox avait déjà subi ce genre de plainte en diffamation à deux reprises : une fois à l’initiative d’Orange (pour une vidéo que nous avions tournée) et une autre fois l’initiative de SFR (pour des témoignages de Freenautes concernant les pratiques de conseillers SFR, que nous avions rapportés). Précisons qu’aucune de ces plaintes n’a abouti et que nous n’avons bien sûr jamais été condamnés.
 
Mais ce qui fait polémique cette fois, c’est que, selon, Mediapart, Free n’est pas passé par la justice pour identifier l’internaute, mais a utilisé son fichier client. En effet, lorsque vous postiez un commentaire "anonyme" sur Univers Freebox, vous aviez la possibilité de laisser accessible votre adresse mail afin de pouvoir être contacté. Et c’est avec cette adresse mail que Free a pu identifier l’internaute, qui était le petit ami d’une salariée de Mobipel.
 
Précisions : concernant Univers Freebox dans cet affaire, nous avons été interrogé par la police judiciaire il y a environ 1 an, même si ne nous connaissions pas tous les détails de cette affaire. L’article sous lequel avait été posté le commentaire traitait d’un prix qu’avait remporté Free pour récompenser les conditions de travail dans l’entreprise.