Face à la polémique, Orange s’explique sur ses « liaisons dangereuses dans le territoire palestiniens occupés »

 
 
Ce rapport demandait à Orange d’exiger de Partner, qui vend des services de téléphonie sous la marque Orange, « de ne pas opérer dans les colonies israéliennes dans le Territoire Palestinien occupée, pour éviter de contribuer au maintien d’une situation considérée comme illégale par la communauté internationale impliquant des violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains. Pour ce faire Orange pourrait utiliser la clause interdisant l’utilisation de la marque dans les pays limitrophes à Israël. »
 
Les organisation humanitaires demandaient qu’en cas d’échec « Orange doit interrompre sa relation d’affaires avec Partner et émettre une déclaration publique par laquelle l’entreprise marque clairement sa volonté d’éviter de contribuer à la viabilité économique et au maintien des colonies israéliennes, et ainsi d’éviter de contribuer à perpétuer une situation considérée comme illégale par la communauté internationale impliquant des violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains. Les colonies israéliennes dans le Territoire palestinien occupé sont illégales au regard du droit international, comme cela a été signalé à de multiples reprises par les Nations unies, l’Union européenne et le gouvernement français. »
 
Devant la polémique suscitée ce rapport, Orange s’est expliqué officiellement cet après midi au travers d’un communiqué de presse :
 
Le Groupe Orange est un opérateur de télécommunications qui a pour premier objectif de défendre et de valoriser la force de sa marque dans l’ensemble des marchés où il est présent. Il n’a en aucun cas vocation à prendre part, sous une quelconque forme, à un débat de nature politique.

Le Groupe Orange n’est pas opérateur en Israël. Il a un accord de licence de marque avec l’opérateur Partner Communications. Le groupe Orange n’est pas actionnaire de la société Partner et n’a donc aucune influence sur la stratégie ou le développement opérationnel de celle-ci.

Cet accord, qui avait été signé avant l’acquisition d’Orange par France Télécom en 2000, est le seul accord de licence de marque de long-terme dans le Groupe. Conformément à sa politique de marque, Orange ne souhaite pas maintenir la présence de la marque dans les pays où le Groupe n’est pas ou n’est plus opérateur. Dans ce cadre, tout en respectant strictement les accords existants, Orange souhaite mettre fin à terme à cette licence de marque.