Indices des prix : les factures ont diminué dans le fixe et le mobile en 2014

Indices des prix : les factures ont diminué dans le fixe et le mobile en 2014

L’ARCEP enrichit ses publications sur le marché des communications électroniques et publie pour la première fois un indice des prix des services fixes grand public en métropole. Sont également publiés ce jour, l’indice des prix des services mobiles grand public en métropole pour l’année 2014 et les données avancées, mais provisoires, du marché des communications électroniques pour l’année 2014 avec notamment les données détaillées pour les départements d’outre-mer.

Les prix des services fixes diminuent de 1,0 % en 2014 en moyenne annuelle, après une augmentation de 2,6 % en 2013. Pour les offres en haut et très haut débit, les prix diminuent de 2,7 % en 2014 (grâce en partie à Bouygues Télécom et son offre à 19.99 euros/mois) alors qu’ils avaient augmenté de 2,7 % en 2013. Sur la période 2012 à 2014, les prix des services fixes en haut et très haut débit sont pratiquement stables (-0,2 %).

Concernant les offres bas débit (téléphonie classique), l’augmentation du tarif de l’abonnement téléphonique en juin 2013 conduit à une progression de 2,4 % en 2013, puis de 2,1 % en 2014 de l’indice des prix de ces offres.

Les prix des services mobiles sont relativement stables au cours de l’année 2014. L’indice annuel pour 2014 est néanmoins en baisse de 10,0 % en moyenne annuelle (à comparer à une baisse de 26,3 % en 2013) du fait des baisses de tarifs sur l’année 2013 (en partie grâce à l’arrivée de Free dans le mobile).

Pour les contrats post-payés (forfaits, 85 % du marché en volume), la baisse des prix s’infléchit : ils diminuent de 13,5 % en 2014, contre -25,6 % en 2013. Cette augmentation provient des hausses de prix ayant eu lieu à la fin de l’année 2013 et masque une forte inertie sur l’année 2014.

Pour les utilisateurs de cartes prépayées, les prix augmentent pour la première fois depuis 2011 (+7,5 % en 2014 en moyenne annuelle). De même que pour les forfaits, une importante stabilité tarifaire est à l’œuvre sur le marché des cartes prépayées en 2014.

Les petits consommateurs bénéficient des augmentations de volume (voix et données) inclus dans des forfaits à bas tarifs. Pour les gros consommateurs, la baisse des prix est liée au développement d’offres qui associent un volume de communications vocales « illimité » à un volume restreint de données. Ces offres, moins onéreuses que les « tout-illimité » – dont les tarifs sont par ailleurs stables en 2014 -, sont adaptées à des consommateurs qui, malgré un volume de communications vocales élevé, n’ont pas une utilisation intense des services de données

La dépense minimale des clients diminue de 6,0 % en 2014.

L’indice de dépense minimale reflète l’évolution en valeur (en euros courants) de la facture théorique des consommateurs. La dépense minimale des utilisateurs de cartes prépayées diminue en moyenne annuelle (-1,0 % par rapport à 2013), contrairement à l’indice des prix des cartes prépayées, du fait de la baisse des volumes de consommation des plus petits consommateurs en SMS et en services de données.

La dépense minimale des clients ayant souscrit une offre post-payée diminue de 6,3 %, marquant un ralentissement certain par rapport à la baisse enregistrée en 2013 (-18,6 %). 

Pour consulter, l’observatoire annuel du marché des communications électroniques en France de l’ARCEP.