La présidente de l’INA poussée à la démission suite au scandale des frais de taxi

La présidente de l’INA poussée à la démission suite au scandale des frais de taxi

40 915 euros. LE chiffre de la discorde pour l’ex-patronne de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), Agnès Saal. Ce montant correspond à l’ensemble des frais de taxi dépensés par l’ex-dirigeante. Dix mois après avoir été nommée par la précédente ministre de la Culture, Aurélie Fillippetti, c’est l’actuelle ministre, Fleur Pellerin, qui a demandé sa démission. Agnès Saal lui a donc présenté sa démission hier soir, après une semaine de pression médiatique autour de ces dépenses excessives. Cette affaire intervient quelques semaines après la polémique sur le coût de la rénovation du bureau du PDG Radio France, Mathieu Gallet (finalement blanchi après la réalisation d’une enquête interne).

Détournement de fonds publics

En tout, Agnès Saal à dépensé environ 32 000 euros de frais en plus d’un abonnement de 7 000 euros pour la compagnie de taxi G7. Son fils aurait apparemment profité de cet abonnement pour réaliser environ 6 700 euros de courses. En parallèle, le journal Libération précise que 31 663 internautes ont signé une pétition sur le site Change.org, pour la démission de la présidente de l’INA. L’actuelle ministre de la Culture et de la Communication a demandé "le remboursement intégral et immédiat des frais de déplacement de la présidente" et réaffirme son "attachement très ferme à l’exemplarité des dirigeants des organismes publics placés sous (sa) tutelle"