Les opérateurs de réseaux publics satisfaits des amendements Macron sur le FTTH

Les opérateurs de réseaux publics satisfaits des amendements Macron sur le FTTH
 
Jeudi dernier, le Sénat adoptait une série d’amendements à la loi Macron. Si au coeur de ces amendements on retrouve le programme anti-zone-blanche et le retrait des cabines téléphoniques, d’autres amendements définissent les tarifs d’accès au réseau fibre optique des Réseaux d’Initiatives Publiques ou valident le concept de "zone fibrée".
 
Pour Jean Michel Soulier, PDG de Covage, l’un des opérateurs les plus investis dans le déploiement du FTTH via les RIP, "c’est une bonne surprise, on entre un peu plus dans le concret."
 
Pour la FIRIP, la Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique et son président Eric Dugas, "que ce soit sur le concept de zone fibrée ou sur celui d’une nécessaire régulation de la tarification, il y a de réels progrès."
 
Il estime en revanche qu’il "manque encore les modalités précises pour la mise en oeuvre de ces mesures."
 
Le président de la FIRIP demande maintenant que soit établi "un calendrier plus précis et plus engageant, notamment en ce qui concerne les zones fibrées." Pour lui, "il faut des dates précises pour programmer l’extinction du cuivre."
 
Tous sont néanmoins d’accord, si le déploiement des réseaux augmente, il faut aussi se concentrer pour "remplir le réseau avec des clients." Pour Eric Dugas, "le modèle du FTTH est modèle vertueux qui peut profiter à tous."
 
Il estime ainsi qu’un "cadre plus précis" pourrait conduire l’investissement privé "à suivre et relayer davantage le public, qui contribue pour l’instant à l’essentiel des dépenses" en investissement FTTH.
 
Source ; Les Echos