Les grands opérateurs européens réclament de la souplesse dans l’idée de neutralité du Net

Les grands opérateurs européens réclament de la souplesse dans l’idée de neutralité du Net

Alors que le principe est actuellement débattu à Bruxelles, les "grands opérateurs" européens que sont Orange, Vodafone et Deutsche Telekom réclament de la souplesse sur l’idée de neutralité du Net, cette obligation pour les opérateurs de traiter avec équité toutes les données sur le Web. Ce principe s’oppose à l’envie de certains de faire payer des Youtube et Netflix, gourmands en bande passante, pour leur offrir la possibilité de prioriser leurs contenus, plutôt que les autres.

 Le texte doit aboutir à un accord entre le Parlement européen et les Etats membres avant la fin du printemps. Ces opérateurs ont donc décidé de jouer leur va-tout en faisant pencher la balance.
 
Si Tim Hottges, le directeur général de Deutsche Telekom, se dit "favorable à la neutralité du Net" , il estime avoir besoin de "différentes catégories de qualité pour que de nouveaux services comme l’Internet des objets soit possible."
 
Pierre Louette, directeur général adjoint d’Orange, abonde dans le sens de son homologue allemand : "si on a des images en continu, si la télévision en ADSL fonctionne, c’est parce que le trafic est priorisé. Demain, c’est ce qu’il va être nécessaire de faire avec les services de santé." 
 
Alors que Bruxelles réfléchit également à définir une liste de services pour lesquels un traitement particulier pourrait être autorisé, Pierre Louette estime également que c’est "une erreur".
 
Il plaide pour une simple définition conceptuelle de la notion de service spécialisés et de laisser ensuite les opérateurs faire.
 
Pour lui, "on ne peut pas nous demander de ne pas gérer nos réseaux. La net neutralité ce n’est pas de la net passivité."
 
Source : Les Echos