3500 plaintes contre une quinzaine d’opérateurs alternatifs pour abus sur personnes agées

Souvent moins au fait des nouvelles technologies, les seniors peuvent parfois se retrouver dans des situations délicates n’ayant pas connaissance des procédures parfois compliquées chez certains opérateurs.

D’autres ont décidé d’en profiter. Dans un article à paraître dans le magazine 60 Millions de Consommateurs, une quinzaine d’opérateurs alternatifs, pour la plupart domiciliés à Bordeaux seraient concernées par plus de 3500 plaintes de septuagénaires et octogénaires qui auraient été abusés par des opérateurs au nom de A Telecom, B Telecom et E Telecom. D’autres opérateurs du nom de 7 Telecom+ et 16 Telecom sont aussi dans le collimateur de la justice. Ces marques sont souvent des déclinaisons ayant les mêmes gérants, utilisant les mêmes documents, les mêmes sièges sociaux…
 
Il leur est reproché d’obtenir les coordonnées bancaires de leur victimes en les démarchant au téléphone et en usant de stratagème pour les faire céder comme entretenir une forme de confusion avec France Télécom.
 
L’enquête est menée par la Juridiction Inter-régionale Spécialisée spécialiste de la criminalité organisée.